Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 23:32

 

Le Salon Marjolaine, qui se tient au Parc Floral de Paris du 2 au 11 novembre 2012, a été marqué le lundi 5 novembre par un programme ciné-conférences sur le thème : "Comment repenser la place de la viande dans nos sociétés".


affiche marjolaine 2012 BD

 

La première partie traitait des "conséquences environnementales de la consommation de viande" : déforestation et gaz à effet de serre, avec la présence de Fabrice Nicolino, auteur de Bidoche, l'industrie de la viande menace le monde.

Suivait la projection du film "Love meat tender", documentaire belge de 63 minutes traitant des conséquences de l'élevage industriel, avec l'intervention de Vandana Shiva, Jane Goodall et Pierre Rabhi.

Enfin, la soirée se terminait par une conférence sur le thème : "Les pistes pour limiter notre dépendance à la viande". Aurélia Greff, porte-parole de l'Association Végétarienne de France (AVF) entamait le débat avec une brillante intervention. On retiendra de sa part une remarque pertinente : "Le marché de la viande s'écroule si le marché laitier n'est pas là pour le soutenir". Elle montre par là l'interdépendance des deux systèmes, la grande distribution proposant surtout de la viande de vaches laitières de réforme.

Médecin compétent en matière de nutrition végétarienne, le Dr Bernard-Pellet poursuivait, traitant de l'incidence de la viande sur le diabète de type II et - moins connu - sur la cataracte ; le lait favorisant pour sa part le cancer de la prostate, et peut-être aussi des ovaires. Il observait la grande incompétence de la plupart des médecins en matière de nutrition, du fait de leur manque de formation en la matière ; ainsi que la sensibilité de la profession médicale à la propagande de l'industrie alimentaire (Nestlé et Danone en particulier). Les autorités françaises étant complètement sous la coupe des lobbies, il n'existe pas de véritable médecine préventive dans notre pays.

Parmi les autres intervenants, on notera Yvan Beck, vétérinaire wallon et co-réalisateur du film précédent, ainsi que Catherine Chalom, gérante de deux magasins Biocoop à Paris. Une observation intéressante : la mention Pasteurisé à froid, que l'on voit fleurir sur un grand nombre d'emballages alimentaires en supermarché désigne des aliments ionisés, autrement dit irradiés, donc morts...


 

Sous la plume de Nathalie Jouet, l'édition de novembre-décembre 2012 du magazine NEXUS consacre un dossier de 8 pages au thème : " La France est-elle végéphobe ? ".


NEXUSBonne rétrospective, l'article note le grand retard de la France par rapport à la Belgique en matière de végétarisme. Du reste, les substituts à la viande sont peu disponibles dans les supermarchés français qui se cantonnent aux traditionnels légumes secs.

Il est certain que l'hostilité déclarée du Programme National Nutrition Santé (PNNS) à l'égard du végétarisme ne favorise pas l'évolution des mentalités. Cela n'empêche pas l'AVF d'avoir doublé le nombre de ses adhérents en un an, le chiffre total restant encore modeste.

  

 

Si l'on en juge par l'affluence à l'East Side Burgers, fast-food végétarien qui vient d'ouvrir au 60 bd. Voltaire à Paris (11e), l'alimentation végétarienne séduit les jeunes générations. Vers 13 heures, il faut compter 20 mn de queue pour se faire servir. Le menu est à 9 € avec 4 hamburgers végétariens au choix, frites ou salade de chou-carottes (délicieuse) et boisson. La tartelette pomme-amande à 2 € est excellente. link


 

Ceci dit, la viande attire encore les convoitises. Un supermarché de Lille a même récemment décidé de fixer de volumineux antivols sur les paquets de viande Charal. Avec la crise, l'alcool n'est plus seul à faire l'objet de cleptomanie.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article

commentaires