Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 14:44

 

La soirée thématique d'ARTE consacrée à la viande a tenu ses promesses, le sujet étant - de notre point de vue - abordé pertinemment.

 

Dans le premier reportage - le plus intéressant - nous avons apprécié en particulier les implications nord/sud du fait de consommer de la viande, un thème rarement traité.


Le reportage de Jutta Pinzler montrait parfaitement que l'Europe dépend de l'Amérique du sud pour nourrir son bétail en fourrage. Les paysans sans terre du Paraguay, qui vivent en bordure des gigantesques exploitations cultivant le soja destiné à nourrir notre bétail, sont empoisonnés par des épandages massifs de pesticides à effet tératogène. Les jeunes enfants y sont particulièrement sensibles. La loi étant celle du plus fort (les exploitants, qui rapportent des devises au pays), les huttes de ces riverains sont incendiées sans pitié, leurs habitants torturés.


La situation n'est guère meilleure en Afrique avec le poulet et le porc. Les importations de viande congelée, financée par les subventions européennes de la PAC, submergent à bas prix les marchés du Ghana et du Bénin, provoquant la ruine des éleveurs locaux. Le Nigéria ayant officiellement refusé ces importations, la viande y est introduite clandestinement, non pas dans des camions frigorifiques, mais conservée à l'aide de formol, un conservateur très dangereux utilisé habituellement pour conserver les cadavres. Notons que le formol est un cancérigène avéré, ayant des effets mutagènes sur l'ADN. C'est aussi une substance très toxique pour les reins, la peau, les yeux et les voies respiratoires, causant des brûlures et des réactions allergiques.


Ces deux exemples éloquents présentés dans le documentaire "L'adieu au steak" montrent que notre persistance à vouloir manger de la viande affame le tiers-monde. En effet, à notre époque de la mondialisation, cette économie carnée ne se maintient que par la néo-colonialisation d'états aux élites complices. Ainsi, manger de la viande est devenu non seulement nuisible pour la santé et l'environnement, cela détruit le tissu économique des pays pauvres, plongeant dans la maladie et la misère des populations entières.


 

L'argument des amateurs de viande est que leur "addiction" appartient à une tradition séculaire qu'il appartient de préserver. Ils oublient que les conditions modernes ont complètement changé la donne. L'élevage industriel - qui représente la quasi-totalité de la production mondiale - n'a plus rien à voir avec l'élevage traditionnel. La qualité a été remplacée par le rendement.

Voilà pourquoi les adultes, et plus encore les personnes âgées, ont beaucoup de mal à intégrer les nouveaux paramètres. L'espoir ne peut venir que des jeunes.


 

 

P.S. Le sujet a manifestemment passionné les téléspectateurs, puisque - en l'espace de quelques heures seulement - Arte a enregistré 46 pages de messages sur le chat mis en place. 


 

Nota : Au dela d'une semaine, il n'est plus possible de visionner le reportage sur le site d'ARTE. Cependant, il est possible de le voir sur Youtube en cliquant sur ce lien.


 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article

commentaires