Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 20:20

 

Être végétarien, c'est bien. Encore faut-il consommer des fruits et légumes fraîchement cueillis n'ayant pas traîné une semaine en rayon dans les magasins ou dans le bac de votre frigo.

Afin de réduire le délai entre cueillette et consommation, l'idéal serait de disposer d'un jardin potager et de quelques arbres fruitiers. Si l'on est obligé de s'approvisionner dans le commerce, il convient d'éviter les grandes surfaces (même bio) qui passent toutes par des centrales d'achat avec un délai d'acheminement trop long nuisible à la fraîcheur. Qui plus est, les fruits qu'on y trouve sont cueillis bien avant maturité et d'une qualité médiocre. Comment s'étonner après que les jeunes - qui n'ont connu que la grande distribution - se désintéressent des fruits et légumes ?

Si vous avez la chance d'avoir un marché sur votre commune, tâchez d'y trouver un maraîcher, qui vend sa propre production. On peut l'interroger sur ses pratiques de culture et il s'établit une véritable relation humaine que l'on ne trouve pas dans un supermarché. D'autre part, les légumes proposés par un maraîcher sont généralement cueillis la veille de leur mise en vente, ce qui assure des produits frais et de qualité. Par ailleurs, on achète ainsi de la production locale, ce qui est nettement écologique.

Une autre solution serait de recourir à une AMAP, mais il y a là plusieurs inconvénients : longue liste d'attente, contrat d'un an, impossibilité de choisir les fruits et légumes que l'on souhaite. En revanche, cela permet de découvrir des variétés végétales inconnues grâce aux paniers proposés et de consommer en permanence des produits frais et de saison.

 

L'importance capitale d'une alimentation vivante a commencé à émerger durant les quarante dernières années avec la traduction de textes esséniens par le Dr Edmond Bordeaux Szekely (voir notre e-book Être végétarien, le bon choix ? page 85). Depuis, les crudivores (même source page 23) se sont multipliés - surtout dans les pays anglosaxons - devant les multiples bénéfices générés par une alimentation crue, donc vivante. À contrario, la viande - qui n'est rien d'autre qu'un morceau de cadavre d'animal - peut être considérée comme un aliment mort. Mais les choses sont en fait plus subtiles.

 

Après la IIème guerre mondiale, un ingénieur français devait faire des découvertes originales encore trop peu connues. On sait que la radiesthésie est très mal perçue par le milieu scientifique, prompt à nier tout ce qu'il n'est pas capable d'expliquer par ses méthodes rationnelles. En 1949, André Simoneton publiait un livre réédité en 1971 au Courrier du Livre sous le titre "Radiations des aliments - Ondes humaines et santé". D'après Simoneton, un être humain en bonne santé a une radiation qui se situe entre 6200 et 9000 Angstroms, mais un grand nombre d'aliments ont une radiation inférieure, favorisant différentes maladies. Ainsi, les fruits possèdent un rayonnement qui monte légèrement après la cueillette pour atteindre 8000 à 9000 Å à pleine maturité et décroître ensuite, passant sous le seuil de santé au bout de quelques jours. En ce qui concerne les légumes, la radiation chute très rapidement après cueillette pour la salade, et après cuisson pour la pomme de terre (24 heures). D'après les travaux de Simoneton, le mode de cuisson et l'assaisonnement ont également une influence déterminante sur la radiation des aliments. Pour la pomme de terre, ce sont la cuisson sous la cendre (9500 Å) ou au four (9000 Å) qui sont les meilleures. Quant'à la vinaigrette, elle devrait être préparée de préférence à l'huile d'olive et au jus de citron, le vinaigre ayant une radiation nulle.  Les expériences de Simoneton établissent que l'œuf est un aliment de qualité médiocre durant une semaine après la ponte (6000 Å), puis sans intérêt. Du point de vue de la radiesthésie, la longueur d'onde du beurre n'est intéressante que durant 5 jours après le barattage, le poisson durant 1 à 2 jours après la pêche et la viande n'a aucun intérêt (aliment inférieur mortifère).

Cependant, les eaux minérales bues à la source ont souvent un rayonnement extraordinaire (supérieur à 10000 Å), ce qui confirme l'intérêt des cures thermales ; les maladies ayant quant'à elles une radiation comprise entre 3100 Å (méningocoque) et 6250 Å (amibe). Du point de vue du rayonnement, la longueur d'onde des vins rouges est supérieure à celle des vins blancs, tout en restant inférieure au seuil de santé de 6000 Å.

 

On peut donc dire que Simoneton a validé par ses expériences en matière de radiesthésie les conceptions anciennes sur la vitalité des aliments. Nul doute que, si l'on mesurait le rayonnement des repas servis dans différents services hospitaliers et cantines scolaires, on trouverait un rayonnement inférieur incompatible avec la santé humaine. Comme si des aliments morts pouvaient aider des malades à se rétablir. En somme, si vous voulez rester en bonne santé, mangez vivant.

L'idéal serait de consommer au moins 30% d'aliments crus. Nous sommes actuellement en automne. C'est la saison des pommes et des noix. En guise de petit-déjeuner, essayez donc de prendre une pomme et quelques noix accompagnées d'une tisane de thym ou d'ortie. Vous m'en direz des nouvelles !

 

SNV80479_web.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans DIETETIQUE
commenter cet article

commentaires