Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 21:53

Mis à jour le 3 juin 2014

  

Lors d'une récente « fête des voisins », une voisine m'a fait part de ses vives réserves vis-à-vis de l'agriculture biologique, prétendant même préférer les produits classiques aux produits bio. Sur le moment, je fus consterné par cette réflexion, d'autant qu'elle provenait d'une personne plutôt jeune et instruite, donc supposée avoir un jugement pertinent sur la question. J'ai préféré lui répondre sous forme d'une lettre ouverte, son jugement étant représentatif d'une frange de la population française nettement désinformée par les grands médias.

Quelle est donc l'utilité des produits biologiques ?


 

  • La valeur nutritive des légumes bio est nettement supérieure à celle des légumes non bio

"Les productions biologiques contiennent significativement plus de vitamine C, de fer, magnésium et phosphore et significativement moins de nitrates que les productions conventionnelles".

Ce sont les conclusions d'une méta-analyse américaine menée par Virginia Worthington et publiée en 2001 dans The journal of alternative and complementary medicine

Réunissant 41 études publiées sur le sujet, l'auteur constate premièrement que le taux de minéraux contenus dans les récoltes a fortement diminué durant les 60 dernières années aux États-Unis et en Grande Bretagne. C'est particulièrement vrai pour le calcium, le magnésium et le fer. Le taux de cuivre a été analysé seulement en G.B. où une baisse de 81% a été relevée sur 20 fruits et 20 légumes entre 1936 et 1987 !

Or en agriculture biologique, on relève des taux moyens de +27% pour la vitamine C (+52% dans l'épinard), +21% de fer (+41% dans le chou), +29% de magnésium (+69% dans la carotte) et -15% de nitrates qu'en agriculture conventionnelle. Sur un oligo-élément comme le sélénium, on trouve même un taux de +372% en bio ! Or, associé à la vitamine E, le sélinium est un puissant anti-oxydant aux propriétés anticancéreuses et intervenant dans la fécondité. Pour l'iode, on atteint même +498% en bio !

Cet appauvrissement des légumes en minéraux nous affecte de manière significative au quotidien, cela d'autant plus que le stress croissant - subi notamment au travail - augmente nos besoins en magnésium.

 


  • Ils sont à peu près exempts d'OGM, dont la toxicité est désormais prouvée.

Longtemps cachée par les multinationales de la « biotechnologie » comme Monsanto, la toxicité des OGM est désormais avérée.

On savait déjà que les animaux sauvages évitent les OGM lorsqu'ils ont le choix et plusieurs études laissaient planer de lourds soupçons sur l’innocuité des aliments OGM. Une récente étude russe, poursuivie durant 2 ans, a démontré que les aliments OGM stérilisent les hamsters en 3 générations, avec apparition de poils dans la bouche !

http://www.gabb32.org/actualites-gabb/ogm/70--des-hamsters-nourris-aux-ogm-developpent-des-symptomes-inquietants.html

Une toute nouvelle étude française vient du reste de confirmer ces résultats. L'équipe du professeur Gilles-Eric Séralini - professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen - vient en effet de conclure à la forte toxicité du maïs OGM NK 603 de Monsanto chez le rat. Cette toxicité est particulièrement précoce chez la femelle et se manifeste à partir de 4 mois. Comme par hasard, les tests effectués par Monsanto pour permettre la mise sur le marché de son produit s'arrêtent au bout de 3 mois...

http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120918.OBS2686/exclusif-oui-les-ogm-sont-des-poisons.html


  

  • En principe, les produits biologiques ne contiennent pas de pesticides dangereux, ni d'herbicides comme le Roundup.

Le laboratoire Estrogène et Reproduction de l'université de Caen a montré la forte toxicité de l'herbicide Roundup sur les cellules humaines, même à faible dose. Or ce produit est universellement employé en agriculture.

http://www.wikistrike.com/article-les-ogm-sont-toxiques-100148969.html

Et on sait désormais que les cancers du cerveau sont beaucoup plus fréquents chez les agriculteurs (arboriculteurs et viticulteurs en particulier) du fait de l'usage abondant de pesticides en traitement des cultures.

Dernièrement, l'agence de protection de l'environnement des États-Unis vient de mettre en garde sur la dangerosité de deux pesticides utilisés sur les citrons. L'imazil - toxique pour la reproduction et l'environnement - est classé comme "cancérigène probable" et "neurotoxique", en particulier pour les enfants. Quant au thiabendazole, il provoque nausées, vomissements et diarrhées. "Ces deux produits sont également utilisés pour le traitement de surface de nombreux autres agrumes comme les mandarines et les oranges, mais aussi les pommes de terre".

http://www.wikistrike.com/article-les-citrons-non-bio-peut-provoquer-des-nausees-vomissements-et-diarrhees-108854146.html

 

 

  • Des sols gavés de nitrates et de métaux lourds en agriculture conventionnelle 

Il est notoire que l'agriculture intensive abuse des engrais azotés, qui provoquent un taux de nitrates excessif dans les cultures, de légumes-feuilles en particulier.

Il est également reconnu que les engrais chimiques apportent des métaux lourds, comme le cadmium contenu dans la potasse. Ceux-ci contaminent les sols et sont absorbés par les plantes. Au contraire, un sol cultivé en agriculture biologique sera plus riche en micro-organismes qui transforment ces substances et évitent leur propagation dans les cultures. Encore faut-il que les eaux d'irrigation ne soient pas contaminées et que l'air ne soit pas pollué par des industries environnantes !



  • L'agriculture biologique permet de conserver les sols vivants, seule solution pour préserver l'avenir des ressources alimentaires mondiales.

Il n'y a pas besoin d'être expert en agronomie pour savoir que l'agriculture conventionnelle appauvrit et stérilise les sols, considérés comme de simples supports d'intrants chimiques. On a donc affaire à une agriculture totalement dépendante de l'industrie agrochimique.

Au contraire, un sol cultivé en agriculture biologique est un sol vivant, recelant des milliards de micro-organismes qui assurent sa fertilité.

L'une favorise la désertification, l'autre développe la vie. Mais il faut avouer que nous sommes encore dans une culture de mort, au sens propre comme au figuré.


 

  • Enfin, l'agriculture biologique crée plus d'emplois que l'agriculture chimique

Le désherbage des terres cultivées en bio se fait non avec des désherbants, mais à l'ancienne par des binages et sarclages. En maraîchage bio, par exemple, le nombre d'ouvriers agricoles sera à peu près le double, d'où création d'emplois. Et, comme on dit, il n'y a pas de sot métier.

 

Depuis plus d'une trentaine d'années, en alliance avec la FNSEA, le gouvernement français a privilégié les grandes exploitations céréalières, via les subventions européennes de la PAC. La filière bio n'avait droit à peu près à aucune aide publique. Le résultat, c'est que la France – jadis largement exportatrice de produits agricoles – importe désormais la majeure partie des produits bio consommés dans l'hexagone de pays comme l'Italie et l'Autriche. D'où un déséquilibre de notre balance commerciale, et une moins bonne maîtrise sur les procédures de contrôle assurant la fiabilité des produits bio. Cette situation favorise les abus. Du reste, il faut savoir que la France dispose actuellement des normes les plus strictes en matière d'agriculture biologique, avec le label Demeter en particulier. L'Europe a commencé à niveler les normes européennes sur les pays les moins stricts, autorisant 0,9% d'OGM au lieu de 0,2% précédemment. Mais, globalement, la sécurité est nettement meilleure sur les produits bio que sur ceux provenant de grandes cultures.

Pour s'en convaincre, il suffit de comparer une laitue de grande culture - aux feuilles molles et fades - avec une laitue bio nettement plus savoureuse. Au cas où vous ne feriez pas la différence, sachez que la tortue préfère la bio.

Pour ceux qui mangent encore de la viande, le poulet constitue un autre exemple éloquent. En effet, le poulet bio est élevé en 90 jours, nourri à 90 % de céréales bio et peut se dégourdir les pattes dans un parcours de plein air. Rien à voir avec un poulet de batterie parqué durant 45 jours dans un hangar surpeuplé et nourri de maïs OGM ou de farines animales.

Et, simplement au niveau du goût, une banane bio ou du beurre bio s'apprécient nettement plus que leur équivalent classique. Quant on connaît l’extrême dangerosité des pesticides utilisés dans les bananeraies d'Amérique Centrale (causant cancers et stérilité chez les ouvriers des plantations) on comprend mieux la différence de goût. Et le beurre est connu pour stocker une grande partie des pesticides absorbés par la vache dans son alimentation.

Une récente étude espagnole démontre du reste que les tomates de culture biologique sont plus riches en polyphénols - aux vertus antioxydantes - que les tomates non bio. link

 


Reste le prix souvent abusif des produits bio et la fraîcheur des légumes pas toujours à la hauteur. Une plus large diffusion des produits bio devrait permettre d'en réduire légèrement le coût.

 

Ceci dit, comme l'a montré un récent reportage sur Arte, il existe de nombreuses fraudes sur les produits bio, en particulier en Chine et en Thaïlande. Même les pays européens ne sont pas exempts de pratiques frauduleuses. Il faut donc être vigilant et préférer les productions de petits exploitants à celles de la grande distribution où la pression sur les prix incite les producteurs à recourir à des procédés illicites.

 

 

 

 

P.S. Voir aussi l'article de lanutrition.fr du 7 septembre 2012 :

Vive polémique sur les avantages réels des produits bio

 

...et l'article de Wikistrike  du 8 septembre 2012 :

Des milliers de tonnes de faux produits bio écoulées en Europe

 

Voir également l'interview de Jacques Caplat (auteur de L'agriculture biologique pour nourrir le monde  aux éditions Actes Sud, 2012) sur le blog québécois Le Grand Changement :

L'avenir du monde passe par l'agriculture biologique !


Enfin, l'article "Alimentation biologique" (PDF) de Martine Lesage montre des photos Kirlian très évocatrices de l'énergie contenue dans les fruits et légumes biologiques, les aliments issus de culture agrochimique étant en quelque sorte dévitalisés.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article

commentaires