Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 22:17

 

Bébés, enfants et adolescents peuvent-ils adopter un régime végétarien sans menacer leur santé ?


Pour l'
Association des diététiciens américains et canadiens, comme pour la Société canadienne de pédiatrie, la réponse est positive, à condition cependant de prendre un certain nombre de précautions indispensables. Comme le note l'Association Végétarienne de France, l'attitude du corps médical est beaucoup plus ouverte outre-atlantique qu'en France, où il existe encore de nombreux préjugés vis-à-vis de ce régime, même si les mentalités commencent à évoluer. On se fiera donc en particulier à la Société canadienne de pédiatrie, qui a publié en juin 2010 un document détaillé sur la question.

Il en ressort qu'un régime lacto-ovo-végétarien bien conduit pose peu de problèmes chez les enfants, tandis qu'un régime végétalien est nettement plus problématique. Quant aux régimes macrobiotique et frugivore, ils sont franchement déconseillés et nécessitent une étroite surveillance de la part d'un praticien averti (diététicien, médecin nutritionniste ou pédiatre compétent).

Par ailleurs, l'adolescence étant l'âge des ruptures et des remises en cause, après avoir écarté des troubles de l'alimentation (anorexie, boulimie...), il conviendra de surveiller les points suivants :

 

Protéines

En particulier chez les végétaliens (qui ne mangent ni œuf, ni fromage) il faudra veiller à ce que la ration de protéines soit suffisante en donnant régulièrement des légumes secs, du tofu, ainsi que des graines oléagineuses. Ainsi, le petit-déjeuner devra comporter des noix, noisettes et amandes, aliments riches en protéines.

 

Apports en Oméga 3

Les noix apporteront en outre des Oméga 3 qui manquent souvent aux végétariens, lesquels ne consomment pas de poissons gras. On trouve encore des Ω3 dans les graines de lin (broyées) et dans l'huile de chanvre ou de colza de première pression à froid. L'acide linolénique que l'on trouve dans ces aliments est particulièrement important pour la santé du nourrisson, ainsi que chez la mère végétalienne enceinte ou allaitante pour la bonne constitution du fœtus (yeux et cerveau en particulier).

 

Vitamines D et B12

Enfants et adultes végétaliens, mais surtout les nourrissons de mère végétalienne, sont également très exposés à des carences en vitamine D et vitamine B12. Ils devront recevoir une supplémentation dans ces deux vitamines.

Les enfants végétaliens à la peau foncée vivant sous les climats froids devront impérativement prendre un complément de vitamine D, surtout durant les mois d'hiver.

Chez les adolescents, un carence sévère en vitamine B12 peut entraîner des lésions irréversibles du système nerveux !

Il convient de préciser ici que la situation en France est légèrement différente de celle en Amérique du Nord. Là-bas, un grand nombre d'aliments vendus en supermarché sont complémentés dans ces 2 vitamines (ce qui est surtout le cas chez nous pour le Fer ajouté dans les céréales pour petit-déjeuner). Il faudra donc bien veiller aux apports suffisants de ces 2 vitamines.

 

Éviter la carence en Fer

Les enfants végétariens ont également de grands besoins en Fer. Vu la faible bio-disponibilité du Fer végétal, il conviendra de l'associer avec des aliments riches en vitamine C pour une meilleure assimilation. Les aliments riches en Fer végétal sont, par ordre décroissant : les algues, le cacao, la graine de courge, la graine de sésame, la feuille d'ortie, tous les légumes secs (lentille, pois cassé, pois chiche, haricot...), le millet, la graine de tournesol, le persil, la noisette et l'amande.

 

Des aliments riches en Zinc

Les apports en Zinc seront procurés principalement par les noix (de cajou), graines de tournesol et de courge, lentilles, haricots mung, avoine et blé complet. La germination permettra de faciliter l'assimilation du Zinc, tout en bloquant l'action des phytates antagonistes.

 

Calcium

Contrairement à ce qui est dit dans la publicité, les produits laitiers ne sont pas indispensables à une bonne calcification. Ils peuvent même empêcher l'assimilation du Fer végétal s'ils sont consommés en grande quantité.

On trouve du Calcium en quantité appréciable dans un grand nombre de végétaux (choux, cresson, amandes, noisettes, pois cassés, graines de sésame par exemple). La meilleure preuve, c'est que les vaches, les chèvres et les brebis qui produisent un lait riche en calcium sont végétariennes, et que ce calcium, leur organisme l'a extrait des végétaux qu'elles ont mangés. Les meilleures plantes étant celles de l'alpage ou de la garrigue, car sauvages et variées.

Pour ceux qui consomment des laitages, les fromages de chèvre et de brebis sont à préférer car plus digestes et moins allergisants.

Par contre, il faudra que l'enfant végétarien évite de consommer en grande quantité des légumes riches en oxalates comme l'épinard, la bette et surtout l'oseille et la rhubarbe, qui bloquent l'absorption du calcium.

Il conviendra donc que parents et éducateurs s'informent auprès de sources indépendantes de l'industrie agroalimentaire, afin de pouvoir conseiller leur enfant en toute sérénité ou lui proposer des repas adaptés en ce qui concerne les chefs de cuisine.

 

Les recommandations sont sensiblement les mêmes en ce qui concerne les femmes enceintes ou allaitantes. Il faudra veiller à des apports importants en protéines, oméga 3, calcium, fer, zinc, en ajoutant l'acide folique et une supplémentation en vit. D et B 12.

 

 

Pour plus de précisions, on pourra se référer au document de

principes de la Société canadienne de pédiatrie:

Les régimes végétariens chez les enfants et les adolescents.

http://www.cps.ca/fr/documents/position/regimes-vegetariens

 

 

 

Ce texte est extrait du e-book Être végétarien, le bon choix ?

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article

commentaires