Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 20:14

Mis à jour le 17/2/2015

  

Depuis les années 1990, on note un changement dans le comportement des animaux sauvages et domestiques vis-à-vis de l'homme, avec plus d'agressivité de leur part et l'apparition de nouvelles espèces invasives. Il semble que les animaux ne supportent plus la cruauté humaine à leur égard et se rebellent contre l'homme.

 

 

Un territoire réduit

 

L'Inde du Nord et le Bangladesh sont les régions les plus concernées par les attaques de tigres  et de léopards, faisant respectivement une centaine et une quinzaine de morts par an. Les victimes sont généralement des paysans pauvres partis chercher du bois (femmes et enfants surtout), ainsi que des pêcheurs pour le tigre du Bengale dans les Sunderbands. Dans ce cas, les attaques sont clairement dues à la réduction du territoire de chasse des fauves entraînant une raréfaction de leurs proies. L’empiétement de l'homme sur le territoire du tigre ou du léopard déclenche l'attaque, puis vient la récidive, le fauve ayant pris goût à la chair humaine plus salée que celle des cervidés. En Inde, les léopards n'hésitent pas à pénétrer à l'occasion dans les immeubles d'habitation !

Il existe un problème similaire dans les Montagnes Rocheuses avec les pumas qui s'attaquaient rarement à l'homme jusqu'à présent.

 

La forte densité de population humaine en Afrique centrale, en Papouasie et en Floride semble également à l'origine des nombreuses attaques de crocodiles, peu médiatisées car touchant généralement des villageois de régions reculées, mais causant environ 2000 morts par an à travers le monde.

 

Pour leur part, les attaques d'éléphants feraient 500 morts par an. Là aussi, le développement des populations qui empiètent sur les zones de nourrissage des pachydermes et barrent leurs voies de passage est en cause. À cela s'ajoute le braconnage massif pour l'ivoire qui alimente les filières mafieuses vers la Chine. Qu'on ne s'étonne pas alors si les éléphants se mettent en colère, saccageant villages et cultures. Le meurtre d'éléphants adultes pour leurs défenses aggrave le problème, faisant des jeunes éléphants des voyous acculturés, car ne bénéficiant plus de la sagesse des matriarches.


 

Délinquance en bandes organisées

 

Les meutes de chiens errants sont devenues un réel problème dans certains pays comme les États-Unis, l'Australie, l'Inde, la Turquie ou la Roumanie, s'attaquant aux troupeaux et aux humains. À Moscou, ils seraient 26000 en liberté, provoquant 13000 morsures par an et le problème divise la population.

En Amérique du Nord les coyotes, autrefois craintifs et cantonnés à la campagne, ne craignent plus l'homme et investissent les villes comme la banlieue de Chicago. La chanteuse folk canadienne Taylor Mitchell a même été sauvagement tuée par des coyotes lors d'une ballade en forêt en Nouvelle Écosse en octobre 2009.

 

À Delhi et dans certaines villes du Rajastan, ce sont les macaques rhésus qui attaquent la population, pillent les étals des marchands de fruits et légumes, dévastent les maisons. (Voir à ce sujet notre article La révolte du peuple singe).Ils seraient près de 20000 dans la capitale, causant 2000 attaques par an et provoquant même la mort du maire-adjoint de Delhi en 2007.


 

Nouvelles espèces invasives

 

Au départ relâché par l'homme dans la nature, le python birman s'est développé à grande échelle en Floride, détruisant la faune locale et s'attaquant même à la population. Si le python n'est pas l'espèce de serpent la plus dangereuse, les cobras, crotales, vipères etc occasionnent tout de même 50000 morts par an à travers le monde, ce qui est considérable.

 

Les méduses qui prolifèrent dans les océans semblent plus inoffensives que les requins qui inspirent la terreur. Pourtant, elles occasionnent six fois plus de morts. Leur prolifération semble directement liée à la surpêche qui détruit leurs prédateurs naturels comme les thons rouges et la tortue luth pris dans les filets dérivants.

 

En Europe, le frelon asiatique étend progressivement sa zone de prédation en détruisant les ruches, tandis que le moustique tigre porteur du chikungunya se développe dans le Sud de la France. Petit, mais pas inoffensif, le moustique est l'animal le plus dangereux pour l'homme avec environ 1 million de morts par an, principalement dus au paludisme.


 

Il est temps que l'homme trouve rapidement le moyen de vivre en harmonie avec les bêtes sauvages sans quoi il risque d'être tourmenté par « les sauterelles de l'Apocalypse ». La révolte des animaux contre les hommes ne serait-elle pas la juste rétribution des souffrances insupportables que nous leur infligeons ? Réapprenons à vivre en paix entre nous et à respecter les animaux et ceux-ci cesseront de nous agresser.


Partager cet article

Repost 0
Published by URTICA - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article

commentaires