Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 17:09

 

Cette grande plante décorative aux inflorescences pourpres occupait une place importante dans l'alimentation et les rites religieux des civilisations précolombiennes ; elle était même vénérée par les aztèques. On peut en consommer aussi bien les feuilles savoureuses en légume que les minuscules graines mucilagineuses.

 

Photo intéressante d'Amaranthus hypochondriatus  en lien :

http://www.forum-tomates.net/viewtopic.php?t=10433


 

Une survivante

Alors que les conquistadors avaient interdit l'amaranthe au XVIème siècle, allant jusqu'à couper la main des jardiniers qui la cultivaient et la faisant pratiquement disparaître du Mexique, cette plante a fait ces dernières années une réapparition remarquée aux États-Unis.

En effet une autre amaranthe, Amaranthus palmeri  ou "herbe à cochons", s'est invitée dans les champs de soja OGM en résistant à l'herbicide Roundup, obligeant les agriculteurs à abandonner 5000 ha de culture rien que dans l'état de Géorgie. L'Arkansas est également touché et en Alabama l'amaranthe de Palmer infeste 80% des champs de coton OGM et 61% des cultures de soja OGM.

Il faut dire que, si l'amaranthe résiste bien à la sécheresse (ce qui n'est pas le cas du soja), c'est qu'elle a une puissante racine pivotante pouvant atteindre 3 m de profondeur et qu'elle est très difficile à arracher. L'extirper à la main se révèle donc très pénible et, enlevée mécaniquement, elle entraîne des surcoûts qui rendent la culture du soja OGM non rentable. Pour faire bonne mesure, l'amaranthe se ressème spontanément et ses milliers de graines, grosses comme des têtes d'épingles, conservent leur capacité germinative dans le sol durant de longues années. Autant dire que là où elle s'est installée elle est impossible à éliminer, tout comme l'ortie brûlante dans certaines cultures potagères.

En somme, elle est devenue un symbole de résistance au totalitarisme, autrefois de l'idéologie catholique, aujourd'hui à l'hégémonie des multinationales du « génie » génétique.

 

Culture

L'amaranthe est une plante très résistante à la sécheresse, aux insectes et aux maladies, mais sensible aux gelées. Cependant, elle attire les limaces, escargots et pucerons, surtout au début de sa croissance où elle nécessite quelques arrosages. Il suffira de lui réserver un sol riche et neutre, bien ensoleillé, avec une température de l'ordre de 20°c pour la levée des graines. Il est conseillé de semer en godets de tourbe et de repiquer les plants fin mai-début juin, lorsqu'ils atteignent 10 à 15 cm de hauteur. L'idéal est de planter tous les 20 cm avec un écart de 50 cm entre les rangs. L'amaranthe réussit même dans les zones arides de moyenne montagne où elle peut atteindre 2,50 m de hauteur avec très peu d'eau et quelques binages.

Autre avantage de l'amaranthe, sa graine a une durée germinative de 10 ans, ce qui est presque un record dans le monde végétal et il suffit de 500 g de graines pour en cultiver 1 ha avec un rendement moyen de 20 à 25 quintaux à l'hectare. La récolte a lieu 4 à 5 mois après plantation. On étale alors les grappes sur des toiles au soleil ou à l'abri de l'humidité et elles sont battues quelques jours plus tard pour en extraire les graines. Il faut encore vanner pour enlever les impuretés et éloigner les fourmis qui apprécient également cette graine miraculeuse.

 

Valeur alimentaire

La valeur alimentaire des feuilles d'amaranthe est comparable à celle de l'ortie par leur richesse en protéines de premier ordre, en vitamines et en minéraux, mis à part la vitamine C contenue en plus faible proportion.

Quant à la graine d'amaranthe, elle contient 14 à 16 % de protéines d'excellente qualité, car bien équilibrées en acides aminés. Elle est notamment très riche en lysine, méthionine et tryptophane dont le maïs est déficitaire, ce qui permet de l'y associer avantageusement dans les recettes. C'est aussi une excellente source de magnésium, indispensable pour résister au stress. La composition de la graine d'amaranthe est en fait très similaire à celle du quinoa, qui a été adoptée par les occidentaux depuis une douzaine d'années. Les deux plantes sont du reste de la même famille.

 

SNV80944_web.jpg

Dépourvue de gluten, donc salutaire aux intolérants, la graine d'amaranthe contient des mucilages bénéfiques au transit intestinal. Sa richessse en protéines, en vitamines du groupe B (B6, folates ou B9 et acide pantoténique ou B5) et en minéraux (calcium, magnésium, fer, phosphore, potassium, cuivre, manganèse et sélénium) la fait recommander aux enfants, personnes âgées, végétariens, convalescents et femmes enceintes ou allaitantes. Favorisant la lactation, la graine d'amaranthe est aussi très utile pour lutter contre la fatigue et l'anémie. Au Népal comme au Pérou, on l'utilise pour lutter contre les maux d'estomac. Elle est utilisée par les paysans comme un tonique pour les personnes âgées et un remède souverain contre la diarrhée et les hémorragies internes ou externes.

 

Modes d'utilisation

La feuille d'amaranthe est considérée par François Couplan comme l'un des meilleurs légumes sauvages. On la cultivait autrefois pour cet usage, autant que pour ses graines. Cueillie jeune, elle peut être mangée crue. À un stade plus avancé, on la fera cuire à la vapeur.

La graine, au goût relevé, sera cuite 20 mn à feu doux dans 2 fois son volume d'eau, après avoir été lavée soigneusement. Du fait de sa texture collante, la graine d'amaranthe est intéressante pour confectionner des galettes, en association avec d'autres céréales comme la semoule de maïs.

En Inde et au Népal, où il existe des espèces locales, on la fait griller pour en faire de délicieuses galettes sucrées au miel ; l'ancêtre des barres de céréales en quelque sorte !

On peut aussi faire germer les graines d'amaranthe. Il faudra alors les rincer soigneusement avant et après un trempage de 12 heures, pour éviter tout risque de fermentation. Suivant la température ambiante, qui doit avoisiner 25°c, la germination demande 5 à 6 jours, avec 2 rinçages par jour.

 

L'amaranthe serait-elle en fait le sénevé de la parabole ?

Dans une célèbre parabole rapportée par les évangélistes, Jésus fait une comparaison : « Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. C'est bien la plus petite de toutes les graines, mais, quand il a poussé, c'est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre, au point que les oiseaux du ciel viennent s'abriter dans ses branches » (Matthieu XIII 31-32). Marc (IV 30-32) et Luc (XIII 18-19) rapportent la même parabole sans grandes différences. Le sénevé n'est autre que la moutarde noire (Sinapis nigra), aux graines plus petites que celles de la moutarde blanche, la plante pouvant atteindre 1 m à 1,50 m. Paul Fournier rapporte même qu'en Palestine, la plante peut atteindre 3 m de haut. Très irritante, la graine moulue servait jadis à faire des cataplasmes révulsifs contre les rhumatismes.

Mais la moutarde noire est loin d'avoir la plus petite graine du monde végétal. L'amaranthe en compte 1700 au gramme, contre 500 à 700 pour la moutarde noire. Un pied d'amaranthe peut donner plus de 100 000 graines et certaines espèces atteignent aussi 3 m de hauteur. On pourra objecter que le sénevé de la parabole ne peut être l'amaranthe qui est une plante originaire d'Amérique. Certes, sur près de 900 espèces connues une majorité provient d'Amérique centrale, mais il en existe d'autres spécifiques aux flores asiatique et australienne. Native d'Europe méridionale, A. lividus était même cultivée par les romains avant de devenir une « mauvaise herbe ». Il aurait donc pu y avoir confusion au moment de la rédaction des évangiles, soit plus d'un siècle après la prédication de Jésus .

 

Quoi qu'il en soit, l'amaranthe est une plante pleine de promesses. John Robinson, expert en nutrition de l'Université du Michigan qui a longuement étudié l'amaranthe au début des années 1970 en a conclu que c'était « l'une des trente espèces alimentaires offrant les plus grandes promesses pour l'amélioration de l'alimentation humaine ». Il est temps de réhabiliter l'amaranthe.


 

Nombreuses photos d'amaranthe sur Flickr (voir lien) :

 http://www.flickr.com/search/?q=amaranth+plant

 

 

PS1 : Faut-il écrire Amarante ou Amaranthe ? Nous avons suivi l'avis de François Couplan qui estime qu'il faut y mettre un H, conformément à l'écriture "botanique", qui proviendrait d'un jeu de mot de Linné.

 

PS2 : Pour les cinéphiles, Amaranthe est le prénom de la fausse ingénue jouée par Mireille Darc dans le film Les Barbouzes  de Georges Lautner (1964). Ça ressemble fichtrement à un jeu de mot de Michel Audiard !

 

 

Sources :

  • Dominique Guillet, catalogue Semences Kokopelli 2007.

  • Marie-Pierre Arvy et François Gallouin, Légumes d'hier et d'aujourd'hui, éd. Belin, 2007.

  • François Couplan, Le régal végétal, éd. Sang de la Terre, 2009.

  • François Couplan, Guide nutritionnel des plantes, Delachaux et Niestlé, 1998.

  • Belda Sisso, Les graines germées, Grancher, 2008.

  • Paul Fournier, Plantes médicinales t.III, Connaissance et Mémoire Européenne & Société Nationale d'Horticulture de France, 1999.

  • La Bible de Jérusalem, Cerf, 1974.

  • Article de Wikipedia sur l'amarante :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amarante_%28plante%29

  • Le Figaro.fr : Les OGM ont perdu la guerre contre les mauvaises herbes 

http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/05/25/01029-20120525ARTFIG00710-les-ogm-ont-perdu-la-guerre-contre-les-mauvaises-herbes.php

  • Agir Santé :

http://agirsante.typepad.fr/agir_sante/2011/05/mangez-de-lamarante-.html

  • Agoravox (encyclopédie en ligne québécoise) :

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/amarante-pas-marrante-pour-55291

Amaranth, uncooked

http://nutritiondata.self.com/facts/cereal-grains-and-pasta/5676/2

Amaranth leaves, raw

http://nutritiondata.self.com/facts/vegetables-and-vegetable-products/2303/2

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article

commentaires