Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 17:11

 

L'exemple de Gand (Belgique)

 

Inspirée par la proposition de Rajendra Pachauri, le président du G.I.E.C. (Groupe International d'Études sur le Climat), la ville flamande de Gand (ou Ghent, 240 000 habitants) fut la première au monde à instituer une journée hebdomadaire sans viande en mai 2009. En l'occurence, il s'agit du jeudi. Et les belges n'ont pas fait les choses à moitié.

Fruit d'une étroite collaboration entre l'association végétarienne belge EVA et Tom Balthazar, échevin pour la santé et l'environnement, la proclamation du jeudi "journée sans viande" s'est accompagnée d'une série de mesures incitatives :

  • Distribution d'un plan végétarien de la ville aux 5000 employés municipaux, téléchargeable en PDF link
  • Envoi d'une brochure sur la cuisine végétarienne à 1500 restaurants
  • Cours de cuisine végétarienne ouverts à tous
  • Développement des plats végétariens dans les restaurants sous administration municipale
  • Lancement de la campagne par un banquet végétarien au conseil municipal avec distribution de friandises
  • Repas végétariens le jeudi dans toutes les cantines scolaires de la ville depuis septembre 2009.

Les motifs de ce choix sont multiples :

  • Améliorer la santé des habitants par une alimentation à faible teneur en graisses saturées, qui favorisent cancer, diabète et obésité.
  • Réduire le bilan carbone de la ville. Il est reconnu que la consommation de produits animaux génère plus de gaz à effet de serre que le secteur du transport.
  • Les bien-être des animaux fait également partie des préoccupations des décideurs, et c'est un élément nouveau en occident, qu'il faut souligner.
  • Enfin, le bétail est consommateur de céréales et de soja, qui pourraient directement profiter aux populations sous-alimentées du Tiers-Monde. Là, c'est le côté immoral de notre système économique qui est montré du doigt.

La décision de la ville de Gand a eu un retentissement international.

 

 

Généralisation des journées sans viande

 

C'est la ville brésilienne de Sao Paulo (11 millions d'habitants) qui a la première emboîté le pas en instituant en octobre 2009 un lundi végétarien, histoire de bien commencer la semaine. Des chanteurs comme Moby et Gilberto Gil ont soutenu cette manifestation. Désormais, les villes de Rio de Janeiro et Brasilia s'apprêtent à faire de même. Il faut noter du reste le score important des écologistes aux dernières élections présidentielles.

 

En Allemagne, c'est la ville de Brème (550 000 habitants) qui a initié le premier "jeudi sans viande" en janvier 2010. Les raisons invoquées étaient la préservation de la santé des habitants et de l'environnement. Le parti écologique a soutenu cette initiative, ainsi que de nombreuses organisations officielles, ONG et le journal TAZ.

 

Aux États-Unis, c'est San Francisco qui a adopté la première l'idée d'une journée végétarienne hebdomadaire, en avril 2010. Comme au Brésil, c'est le lundi qui a été choisi, avec une incitation tous azimuts.

Première capitale, la ville de Washington D.C. l'a suivi en juin 2010, suite à une résolution adoptée à l'unanimité par le conseil municipal. Là, c'est la santé de la population qui est la principale préoccupation.

Le taux d'obésité est en effet dramatique dans le district de Columbia, particulièrement dans les catégories défavorisées, où la moitié des enfants - en état d'obésité ou de surpoids - développe la diabète à l'âge de 18 ans ! L'une des causes de cette situation est la modification des habitudes alimentaires, les américains consommant presque 100 kg de viande de plus par an et par habitant que dans les années 1950, soit 250g de plus par jour ! Du reste, la première dame des États-Unis, Michèle Obama, a fait de la lutte contre l'obésité infantile un combat personnel.

Cependant, la pollution aquatique engendrée par l'élevage, la prévention des actes de cruauté envers les animaux et la faim dans le monde font aussi partie des préoccupations du conseil municipal de la ville de Washington. De même, la recherche de fruits et légumes produits localement est à l'ordre du jour, conformément aux goûts des enfants.

La ville de Baltimore aurait aussi adopté une journée hebdomadaire sans viande.

 

Au Québec, de nombreuses associations et personnalités ont signé en 2010 une coalition pour soutenir la campagne "Lundis sans viande". Ce mouvement québécois invite à réduire notre apport en viande une journée par semaine pour aider la planète et notre santé. Parmi les signataires, on trouve des organisations comme Greenpeace, des personnalités comme le champion de hockey Georges Laraque, des artistes comme l'animatrice Julie Snyder et des professionnels de santé comme la diététicienne Louise Lambert-Lagacé. link

 

En Afrique du Sud, Le Cap a également institué une journée hebdomadaire végétarienne.

 

En France, nous sommes à la traîne, avec simplement des mardi végétariens dans les cantines du 2ème arrondissement de Paris. Une mesure encore bien timide, malgré les efforts de l'Association Végétarienne de France. Il faut dire que le secteur économique de la viande est très développé chez nous. Le lobby de la viande réagit avec inquiétude et agacement à cette évolution en multipliant les campagnes de presse à gros budget publicitaire. Ainsi, la France apparaît comme le dernier rempart des "carnivores", seulement dépassée en Europe par le Portugal pour l'addiction à la bidoche. Les français vont-ils montrer, comme souvent, qu'ils sont capables de réagir énergiquement en dernier ressort ?

 

 

Épilogue :

 

Au Canada, la ville de Vancouver n'a pas besoin d'une telle mesure. Cité cosmopolite et multi-culturelle, c'est déjà le paradis des végétariens.

 



 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article

commentaires