Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 09:29

 

Reportage sur un sujet sensible


Le jeudi 16 février 2012, France 2 a diffusé dans le cadre de l'émission Envoyé Spécial un reportage intitulé « La viande dans tous ses états ». L'émission commençait par l'évocation d'un rapport de la Cour des Comptes datant de 2008 et dénonçant la situation sanitaire préoccupante des abattoirs français. À l'époque, de graves manquements aux procédures d'hygiène avaient été relevés, 41% des abattoirs n'étant pas conformes. Ce chiffre inquiétant est retombé à 11% en 2012.

Cependant, l’enquête d'Envoyé Spécial laisse apparaître de graves anomalies mettant en danger la santé des consommateurs les plus fragiles comme les enfants. Le non-respect des procédures d'hygiène par le personnel des abattoirs permet en effet le développement de bactéries très dangereuses comme Escherichia coli, dont la présence dans des steaks hachés entraîne des risques mortels. La pénurie croissante de vétérinaires chargés de contrôler les bêtes avant l'abattage (ante mortem) fait que l'opération est souvent réalisée par du personnel interne non qualifié ni formé.

Ainsi, dans une lettre adressée au Ministère de l'Agriculture le 23 juin 2010, la Cour des Comptes notait « l'incapacité de l'État à faire respecter la réglementation sanitaire des abattoirs en France ». Par ailleurs, alors que la loi impose l'étourdissement préalable depuis 1964, les abattoirs d’Île-de-France utilisent systématiquement l'exception Halal ou Cacher sans étourdissement préalable (comme à l'abattoir de Meaux) afin de diminuer leurs coûts. D'après une enquête du Ministère de l'Agriculture, au niveau national 32% des bêtes sont abattues en rituel, alors que les consommateurs Halal et Cacher ne représentent que 7% de la population.

 

 

Un expert bien nommé

 

Le reportage donnait ensuite la parole au Dr Gilbert Mouton, ancien professeur à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort et expert auprès des tribunaux. D'après celui-ci, le mode d'abattage rituel par tranchage de la gorge empêche la ligature de l'œsophage. Il en résulte un risque de déversement du contenu de la panse de l'animal (dans 15 à 20% des cas) qui contamine alors la tête et la région du cou. Or, c'est précisément cette dernière partie qui sert à faire des steaks hachés. (Tout cela sans parler de l'accrochage illégal de la bête parfois suspendue par une seule patte et qui se débat dans des cris déchirants). D'où l'importance capitale de bien faire cuire les steaks hachés, surtout lorsqu'ils sont destinés aux enfants, population particulièrement vulnérable.

 

 

Marine monte au créneau

 

Marine Le Pen a profité de la diffusion de ce reportage durant la campagne des élections présidentielles pour utiliser le sujet à des fins électorales, déplaçant le débat en faisant un amalgame erroné entre abattage et consommation. Or, il s'avère que, si la presque totalité de la viande abattue en Île-de-France l'est de façon rituelle, seule une infime quantité de la viande consommée est Halal (4%). La grande majorité provient en effet d'abattoirs de province qui pratiquent l'étourdissement préalable. Par ailleurs, une partie des 32% de bêtes abattues en rituel au niveau national sont destinées à l'exportation.

Cependant il y a bien un problème, car une partie de cette viande Halal se retrouve dans le circuit classique, sans mention particulière d'étiquetage, ce en quoi les musulmans ne sauraient être tenus pour responsables, la responsabilité en revenant aux abattoirs.

Le raisonnement de Marine Le Pen n'est donc pas dénué d'arrières pensées et flatte les sentiments xénophobes du petit peuple. En la matière, il me semble qu'il faut se cantonner aux risques sanitaires et au souci de transparence, afin que le consommateur final puisse choisir une viande en étant informé du mode d'abattage de la bête dont elle est issue. Ce paramètre pouvant influer sur l'hygiène, mais aussi sur le goût en cas de stress important de la bête à l'abattage.

 

 

On ne saurait devenir végétarien pour éviter de manger de la viande Halal. Par contre, on peut le devenir par crainte d'une contamination éventuelle et surtout par compassion pour les bêtes abattues. Car, si tout le monde voyait ce qui se passe dans les abattoirs, plus grand monde mangerait de la viande. C'est la raison pour laquelle les portes des abattoirs restent obstinément fermées à la presse.

 

 

Pour voir le reportage d'Envoyé Spécial sur YouTube,

cliquer sur le lien « La viande dans tous ses états »



 

P.S. Suite aux révélations du magazine Le Point, le site Univers Nature vient de publier le 8 mars 2012 un article intéressant qui évoque un rapport de la Direction Générale de l'Alimentation enterré par le Ministère de l'Agriculture au sujet de l'abattage rituel en France.

Viande : les Français mis au régime Halal et Casher

 


Voir aussi l'article que nous avions publié le 4 janvier 2011 (soit un an avant que le sujet fasse débat dans les médias) et qui nous avait valu à l'époque une censure de la recherche thématique sur notre blog www.vegetari1.net

Comment manger de la viande Halal sans le savoir

 

 

 

 


 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article

commentaires