Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 12:16

 

Auteur de Guerre et Paix  et de Anna Karénine, Léon Tolstoï (1828-1910) était aussi un militant végétarien et pacifiste incompris. Encore aujourd'hui, les gens préfèrent ne retenir que l'écrivain qui a si bien dépeint l'âme russe, alors que Tolstoï lui-même reniait son oeuvre romanesque, la considérant sans doute comme un moyen pour atteindre un message plus profond. Dans Résurrection, son dernier grand roman (dont une adaptation télévisée a été diffusée le 7 novembre 2010 sur Arte et repassera les 14 et 21 février 2011 sur France 5), on perçoit clairement l'aspiration spirituelle de l'auteur à un sacrifice expiatoire. Une soif d'absolu en somme. Dans les dernières années de sa vie, Tolstoï écrivit plusieurs livres engagés, en particulier Le Royaume des Cieux est en vous, paru en 1893.

 

arton4054-2542e

 

Interdit par la police du Tsar à sa parution, cet ouvrage n'avait jamais été réédité depuis. Son importance est historique, car c'est la lecture de ce livre qui allait susciter la vocation du jeune avocat M.K. Gandhi, alors établi au Transvaal, en Afrique du Sud. Celui que l'on appelle depuis le Mahatma Gandhi allait en effet élaborer sa doctrine du satyagraha  (résistance non-violente) à partir des idées de Tolstoï. Les deux hommes échangèrent du reste une brève correspondance.

 

Comme son nom ne l'indique pas, Le Royaume des Cieux est en vous   est une oeuvre subversive, qui fit considérer Tolstoï comme un anarchiste et faillit même le faire arrêter. L'idée maîtresse de l'auteur est que les églises chrétiennes ont trahi le message de Jésus, qui est incompatible avec toute forme de violence. L'État apparaît à ses yeux comme une forme organisée d'exploitation de l'homme par l'homme, les plus forts abusant des plus faibles. Tolstoï va du reste très loin dans son raisonnement, puisqu'il va jusqu'à conseiller de refuser de payer l'impôt. (On pourrait du reste le contredire en s'appuyant sur la célèbre phrase de Jésus " Donne à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu "). Le port de l'uniforme militaire entraîne pour lui un avilissement de l'âme humaine, l'homme renonçant ainsi à sa dignité pour se mettre au service d'un pouvoir l'obligeant à museler sa conscience. Au passage, Tolstoï fait preuve de clairvoyance, puisqu'il annonce 20 ans à l'avance la tuerie de la première guerre mondiale.


Mais ce livre est surtout un appel à retrouver la pureté du message des évangiles : " l'unique but de la vie doit être de t'affranchir du mensonge et de professer la vérité ". À Gandhi, il écrivit même peu avant sa mort : " Quant'à la solution, il n'y en a qu'une, celle de la reconnaissance de la loi d'amour et du refus de toute violence ". Gandhi sut trouver en Tolstoï le maître spirituel qu'il lui fallait et - quoi qu'en disent ses détractreurs encore aujourd'hui - le Mahatma sut mettre ces sages conseils remarquablement en pratique.

Dans ce livre, Tolstoï se révèle un visionnaire et prophète contemporain, même si cet aspect du personnage déplaît à l'église orthodoxe, qui essaye de le gommer. L'alliance implicite entre l'état russe et l'église orthodoxe à laquelle on assiste aujourd'hui (avec pour clé la restitution des biens confisqués par les bolchéviques) semble donner raison à Tolstoï. Les mots de ce dernier, écrits à la fin du XIXème siècle, n'ont rien perdu de leur vigueur : " Le temps vient où toutes les institutions basées sur la violence disparaîtront par suite de leur inutilité, de leur stupidité, et même de leur inconvenance évidente ".


On peut considérer Tolstoï comme un idéaliste. Il n'en demeure pas moins qu'il assène des vérités pas toujours agréables à entendre, mais qui font jaillir une lueur d'espoir dans notre monde en chaos.


 

Le Royaume des Cieux est en vous, de Léon Tolstoï, aux éditions Le Passager Clandestin, 2010, 12€.

 

 

À lire également sur le sujet cet excellent article de Marjolaine Jolicoeur

cliquer ici

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans BIBLIOGRAPHIE
commenter cet article

commentaires