Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 09:10

 

Les ballonnements sont un sujet dont on parle souvent à mot couvert, car considéré comme inconvenant. Ce problème affecte pourtant de nombreuses personnes, et pas seulement les végétariens.

 

Il est bon de préciser que les ballonnements sont des distensions abdominales causées par des fermentations au niveau du côlon. En outre, les gaz expulsés (flatulences) peuvent être malodorants en cas de putréfaction intestinale.

 

Le point de vue occidental

 

Les ballonnements sont l'indication de repas copieux associés à une flore intestinale déséquilibrée, éventuellement suite à la prise d'antibiotiques.

Les haricots secs (fayots) sont réputés favoriser les ballonnements, mais un grand nombre de facteurs interviennent en réalité pour favoriser ce dérèglement :

  • Le stress, avec somatisation des angoisses au niveau de l'estomac et du côlon,
  • le tabac, le chewing-gum,
  • les céréales complètes (pain intégral, céréales au son),
  • les légumes secs : haricots secs, fèves, pois chiches, en particulier lorsqu'ils ne sont pas assez cuits. C'est surtout l'enveloppe du grain qui est indigeste. La lentille est réputée plus facile à digérer, surtout la lentille corail brisée, utilisée en Inde pour préparer le dhal  (soupe de lentilles épicée).
  • Certains légumes comme les choux, navets, rutabagas, topinambours et oignons sont également reconnus pour favoriser le météorisme intestinal.
  • Les laitages, notamment issus de lait de vache sont également mis en cause chez une partie de la population ne digérant pas le lactose, et du fait des résidus d'antibiotiques qu'ils peuvent contenir.
  • Les boissons gazeuses comme la bière, les sodas et les eaux minérales gazeuses peuvent également être impliquées.
  • Le sucre restant l'une des principales causes de fermentations intestinales en favorisant un développement de la flore intestinale pathogène.


Le point de vue de l'Ayurvéda

 

Le végétarien - amené à consommer des légumes et des céréales complètes régulièrement - est donc particulièrement exposé à ce désagrément. À ce sujet, la médecine ayurvédique a beaucoup à nous apprendre. Ce système médical a tout de même l'avantage de bénéficier d'un héritage de quelques milliers d'années d'expérience, ce qui vaut mieux, à nos yeux, que les discours lénifiants de tous les gastro-entérologues occidentaux. Notons au passage que, malgré les persécutions du passé, les colons anglais n'ont pas réussi à éradiquer l'Ayurvéda, qui connaît actuellement une magnifique floraison.

Que nous dit-elle justement, la médecine ayurvédique ?

Elle reconnaît 3 tempéraments de base ou doshas  : vâta, pitta et kapha, que l'on peut traduire plus ou moins par : vent, feu et flegme. Chaque individu ayant une signature qui correspond à un dosage particulier de ces 3 éléments. Les ballonnements correspondent à un déséquilibre du dosha  vâta.

Le problème, c'est que les intestins - qui sont le siège de vâta - servent également à l'assimilation du prâna, l'énergie vitale absorbée à travers la respiration et la nourriture. Donc absorber des aliments dévitalisés ou être sujet aux ballonnements peut entraîner une perte d'énergie vitale, qui se manifeste entre autre par de la fatigue.

 

Les causes

 

Pour l'Ayurvéda, les ballonnements sont causés par des toxines ou déchets métaboliques accumulés dans le corps (ama)  et dont une langue chargée constitue un indice. L'Ayurvéda voit dans les ballonnements le signe d'une alimentation déséquilibrée, et/ou de sommeil insuffisant, de nervosité, choc, souci, stress ou colère (d'après Judith H. Morrison, Le livre de l'Ayurvéda, Le Courrier du Livre).

L'exposition au froid et au vent favorisent également le problème, ainsi que le fait de manger des restes, de manger froid, la consommation d'alcool, des horaires irréguliers et le manque de sommeil chronique.

Ce qui est désigné aujourd'hui sous le nom de syndrome de l'intestin irritable, et qui gâche la vie de millions de personnes, correspond en fait à un excès de vâta.

Parmi les pratiques de la vie moderne, l'utilisation prolongée de l'ordinateur et les voyages en avion sont considérés comme favorisant le déséquilibre de vâta, donc sources potentielles de ballonnements, de même que l'excès de sport. Certaines saisons sont particulièrement concernées, comme l'automne et le début de l'hiver, ainsi que certaines heures de la journée, surtout entre 2 et 4 heures du matin et en fin de journée.

Les ballonnements sont aussi favorisés par la constipation chronique, parfois due à un manque d'hydratation. Il conviendra donc de boire suffisamment, jamais d'eau glacée pendant les repas (cela bloque la digestion), mais plutôt des soupes et des tisanes chaudes. Le thé et le café, favorisant les spasmes intestinaux, sont également déconseillés aux tempéraments vâta, surtout après 55 ans où commence l'âge de vâta.

En ce qui concerne les légumes - consommés en abondance par de nombreux végétariens - il faut savoir que les pommes de terre aggravent vâta, de même que les crudités, en particulier la tomate et la salade. Le régime crudivore n'est donc absolument pas adapté aux personnes souffrant de ballonnements. Les aliments surgelés ne sont pas non plus recommandés.

 

Les solutions

 

Pour prévenir le problème, il est conseillé d'adopter une alimentation adaptée à sa constitution (voir les tableaux d'aliments dans le livre cité plus haut). Il convient de faire des repas légers, pas trop tard le soir et d'éviter les grignotages. Les aliments sucrés sont à consommer séparément des repas et en petite quantité. Les plantes carminatives comme le cumin, la coriandre et l'anis doivent être incorporés aux aliments. Le massage abdominal est recommandé.

 

IMG 2177 webL'un des meilleurs remèdes ayurvédiques pour assainir l'intestin et régulariser le transit en douceur est le triphala churna (littéralement : poudre de trois fruits). Il s'agit d'un mélange de trois plantes médicinales astringentes issues de la jungle et dénommée amalaki (Embelica officinalis), haritaki (Terminalia chebula)  et bibhitaki (Terminalia belerica). Mais la cure doit être prolongée plusieurs mois, la décoction (mode d'administration le plus efficace) est particulièrement âpre et difficile à avaler, et le produit peu disponible sur le marché français. En tout état de cause, il doit avoir été préparé depuis moins d'un an. Cependant l'efficacité du triphala  est remarquable, permettant d'éliminer durablement les gaz intestinaux. Le meilleur moment pour prendre cette purge est le soir au coucher.

 

 

Des massages huileux peuvent aussi être pratiqués sur le ventre à l'aide d'huile de sésame (non grillé) additionnée de quelques gouttes d'huile essentielle d'estragon et de basilic tropical.

 

Comme on a pu le voir, l'alimentation n'est pas seule en cause dans les fermentations intestinales. Il y a également tout un ensemble de règles d'hygiène de vie qui interviennent dans ce problème.

 

Pour lutter contre les ballonnements, la médecine occidentale utilise le charbon, parfois associé à de la levure, mais cette méthode réduit les effets sans supprimer les causes profondes du phénomène. La médecine ayurvédique a donc un point de vue beaucoup plus global et démontre une connaissance profonde de la nature humaine. Par ailleurs, le charbon activé absorbe non seulement les gaz, mais les médicaments et les minéraux (tout comme l'argile). Aussi, il doit être utilisé isolément et sur une courte période.

Et, contrairement au Triphala - qui a un effet légèrement laxatif - le charbon constipe, alors que le problème des gens souffrant de ballonnements est généralement qu'ils ont un transit intestinal trop lent.


La médecine ayurvédique est recommandée par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour les pays en voie de développement. Les pays développés doivent s'en remettre aux laboratoires pharmaceutiques... 

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans DIETETIQUE
commenter cet article

commentaires

Déborah 23/09/2014 01:29

Merci pour votre réponse rapide et vos conseils. Je vais essayer de m'en procurer par internet, j'ai vu que certains sites en proposent. Sans doute est ce dû également à mon régime alimentaire
végétarien et je me demande donc si le problème sera donc constant tant que je garderais ce régime.
Peut-être que mon corps va s'acclimater progressivement mais j'en doute car cela fait déjà bien 1 an maintenant.
En tout cas vos articles sont très intéressants et j'apprécie beaucoup vos références au Mahatma Gandhi dont j'ai lu sa biographie. Merci pour ce partage.

Déborah 21/09/2014 16:25

Bonjour,
Et merci vivement pour cet article très intéressant ! Je suis sujet aux ballonnements et encore plus depuis que je suis devenu végétarien... effectivement car je mange davantage de légumineuses
qu'auparavant. Je ne parviens toujours pas à régler ce problème malgré les massages abdominales que me fait ma compagne. Je vais essayer le triphala comme vous le recommandez. D'après vous, est il
plus efficace en gélules ou en poudre ( https://www.leclubsante.com/ayur-vana/divers/triphala-bio-poudre-flacon-de-60-g_p-133599 ) il se fait même en jus ?

URTICA 21/09/2014 18:15



Les ballonnements semblent être un problème récurrent chez un grand nombre de végétariens.


Le Triphala Churna doit être utilisé en poudre, en infusion. Les gélules sont inefficaces. C'est extrèmement âcre, mais on s'y fait. Les indiens sont capables d'avaler sans difficulté des choses
considérées chez nous comme immangeables. La meilleure marque est DABUR, introuvable à Paris. Le dosage habituel est d'une cuillère à café rase une fois par jour au coucher, à prendre durant
plusieurs semaines. Cela permet de nettoyer la muqueuse intestinale. Dans le même temps, il est conseillé de renoncer aux aliments très gras ou très épicés.


Autrement, on peut aussi essayer les huiles essentielles de cumin (carminatif) et d'estragon (antispasmodique intestinal), associées en usage interne (2 gouttes de chaque diluées dans de l'huile
d'olive) ou en massage sur le ventre (même dosage, mais plutôt dans de l'huile de sésame non grillé).