Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 19:09

 

Cette grande plante décorative aux inflorescences pourpres occupait une place importante dans l'alimentation et les rites religieux des civilisations précolombiennes ; elle était même vénérée par les aztèques. On peut en consommer aussi bien les feuilles savoureuses en légume que les minuscules graines mucilagineuses.

 

Photo intéressante d'Amaranthus hypochondriatus  en lien :

http://www.forum-tomates.net/viewtopic.php?t=10433


 

Une survivante

Alors que les conquistadors avaient interdit l'amaranthe au XVIème siècle, allant jusqu'à couper la main des jardiniers qui la cultivaient et la faisant pratiquement disparaître du Mexique, cette plante a fait ces dernières années une réapparition remarquée aux États-Unis.

En effet une autre amaranthe, Amaranthus palmeri  ou "herbe à cochons", s'est invitée dans les champs de soja OGM en résistant à l'herbicide Roundup, obligeant les agriculteurs à abandonner 5000 ha de culture rien que dans l'état de Géorgie. L'Arkansas est également touché et en Alabama l'amaranthe de Palmer infeste 80% des champs de coton OGM et 61% des cultures de soja OGM.

Il faut dire que, si l'amaranthe résiste bien à la sécheresse (ce qui n'est pas le cas du soja), c'est qu'elle a une puissante racine pivotante pouvant atteindre 3 m de profondeur et qu'elle est très difficile à arracher. L'extirper à la main se révèle donc très pénible et, enlevée mécaniquement, elle entraîne des surcoûts qui rendent la culture du soja OGM non rentable. Pour faire bonne mesure, l'amaranthe se ressème spontanément et ses milliers de graines, grosses comme des têtes d'épingles, conservent leur capacité germinative dans le sol durant de longues années. Autant dire que là où elle s'est installée elle est impossible à éliminer, tout comme l'ortie brûlante dans certaines cultures potagères.

En somme, elle est devenue un symbole de résistance au totalitarisme, autrefois de l'idéologie catholique, aujourd'hui à l'hégémonie des multinationales du « génie » génétique.

 

Culture

L'amaranthe est une plante très résistante à la sécheresse, aux insectes et aux maladies, mais sensible aux gelées. Cependant, elle attire les limaces, escargots et pucerons, surtout au début de sa croissance où elle nécessite quelques arrosages. Il suffira de lui réserver un sol riche et neutre, bien ensoleillé, avec une température de l'ordre de 20°c pour la levée des graines. Il est conseillé de semer en godets de tourbe et de repiquer les plants fin mai-début juin, lorsqu'ils atteignent 10 à 15 cm de hauteur. L'idéal est de planter tous les 20 cm avec un écart de 50 cm entre les rangs. L'amaranthe réussit même dans les zones arides de moyenne montagne où elle peut atteindre 2,50 m de hauteur avec très peu d'eau et quelques binages.

Autre avantage de l'amaranthe, sa graine a une durée germinative de 10 ans, ce qui est presque un record dans le monde végétal et il suffit de 500 g de graines pour en cultiver 1 ha avec un rendement moyen de 20 à 25 quintaux à l'hectare. La récolte a lieu 4 à 5 mois après plantation. On étale alors les grappes sur des toiles au soleil ou à l'abri de l'humidité et elles sont battues quelques jours plus tard pour en extraire les graines. Il faut encore vanner pour enlever les impuretés et éloigner les fourmis qui apprécient également cette graine miraculeuse.

 

Valeur alimentaire

La valeur alimentaire des feuilles d'amaranthe est comparable à celle de l'ortie par leur richesse en protéines de premier ordre, en vitamines et en minéraux, mis à part la vitamine C contenue en plus faible proportion.

Quant à la graine d'amaranthe, elle contient 14 à 16 % de protéines d'excellente qualité, car bien équilibrées en acides aminés. Elle est notamment très riche en lysine, méthionine et tryptophane dont le maïs est déficitaire, ce qui permet de l'y associer avantageusement dans les recettes. C'est aussi une excellente source de magnésium, indispensable pour résister au stress. La composition de la graine d'amaranthe est en fait très similaire à celle du quinoa, qui a été adoptée par les occidentaux depuis une douzaine d'années. Les deux plantes sont du reste de la même famille.

 

SNV80944_web.jpg

Dépourvue de gluten, donc salutaire aux intolérants, la graine d'amaranthe contient des mucilages bénéfiques au transit intestinal. Sa richessse en protéines, en vitamines du groupe B (B6, folates ou B9 et acide pantoténique ou B5) et en minéraux (calcium, magnésium, fer, phosphore, potassium, cuivre, manganèse et sélénium) la fait recommander aux enfants, personnes âgées, végétariens, convalescents et femmes enceintes ou allaitantes. Favorisant la lactation, la graine d'amaranthe est aussi très utile pour lutter contre la fatigue et l'anémie. Au Népal comme au Pérou, on l'utilise pour lutter contre les maux d'estomac. Elle est utilisée par les paysans comme un tonique pour les personnes âgées et un remède souverain contre la diarrhée et les hémorragies internes ou externes.

 

Modes d'utilisation

La feuille d'amaranthe est considérée par François Couplan comme l'un des meilleurs légumes sauvages. On la cultivait autrefois pour cet usage, autant que pour ses graines. Cueillie jeune, elle peut être mangée crue. À un stade plus avancé, on la fera cuire à la vapeur.

La graine, au goût relevé, sera cuite 20 mn à feu doux dans 2 fois son volume d'eau, après avoir été lavée soigneusement. Du fait de sa texture collante, la graine d'amaranthe est intéressante pour confectionner des galettes, en association avec d'autres céréales comme la semoule de maïs.

En Inde et au Népal, où il existe des espèces locales, on la fait griller pour en faire de délicieuses galettes sucrées au miel ; l'ancêtre des barres de céréales en quelque sorte !

On peut aussi faire germer les graines d'amaranthe. Il faudra alors les rincer soigneusement avant et après un trempage de 12 heures, pour éviter tout risque de fermentation. Suivant la température ambiante, qui doit avoisiner 25°c, la germination demande 5 à 6 jours, avec 2 rinçages par jour.

 

L'amaranthe serait-elle en fait le sénevé de la parabole ?

Dans une célèbre parabole rapportée par les évangélistes, Jésus fait une comparaison : « Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. C'est bien la plus petite de toutes les graines, mais, quand il a poussé, c'est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre, au point que les oiseaux du ciel viennent s'abriter dans ses branches » (Matthieu XIII 31-32). Marc (IV 30-32) et Luc (XIII 18-19) rapportent la même parabole sans grandes différences. Le sénevé n'est autre que la moutarde noire (Sinapis nigra), aux graines plus petites que celles de la moutarde blanche, la plante pouvant atteindre 1 m à 1,50 m. Paul Fournier rapporte même qu'en Palestine, la plante peut atteindre 3 m de haut. Très irritante, la graine moulue servait jadis à faire des cataplasmes révulsifs contre les rhumatismes.

Mais la moutarde noire est loin d'avoir la plus petite graine du monde végétal. L'amaranthe en compte 1700 au gramme, contre 500 à 700 pour la moutarde noire. Un pied d'amaranthe peut donner plus de 100 000 graines et certaines espèces atteignent aussi 3 m de hauteur. On pourra objecter que le sénevé de la parabole ne peut être l'amaranthe qui est une plante originaire d'Amérique. Certes, sur près de 900 espèces connues une majorité provient d'Amérique centrale, mais il en existe d'autres spécifiques aux flores asiatique et australienne. Native d'Europe méridionale, A. lividus était même cultivée par les romains avant de devenir une « mauvaise herbe ». Il aurait donc pu y avoir confusion au moment de la rédaction des évangiles, soit plus d'un siècle après la prédication de Jésus .

 

Quoi qu'il en soit, l'amaranthe est une plante pleine de promesses. John Robinson, expert en nutrition de l'Université du Michigan qui a longuement étudié l'amaranthe au début des années 1970 en a conclu que c'était « l'une des trente espèces alimentaires offrant les plus grandes promesses pour l'amélioration de l'alimentation humaine ». Il est temps de réhabiliter l'amaranthe.


 

Nombreuses photos d'amaranthe sur Flickr (voir lien) :

 http://www.flickr.com/search/?q=amaranth+plant

 

 

PS1 : Faut-il écrire Amarante ou Amaranthe ? Nous avons suivi l'avis de François Couplan qui estime qu'il faut y mettre un H, conformément à l'écriture "botanique", qui proviendrait d'un jeu de mot de Linné.

 

PS2 : Pour les cinéphiles, Amaranthe est le prénom de la fausse ingénue jouée par Mireille Darc dans le film Les Barbouzes  de Georges Lautner (1964). Ça ressemble fichtrement à un jeu de mot de Michel Audiard !

 

 

Sources :

  • Dominique Guillet, catalogue Semences Kokopelli 2007.

  • Marie-Pierre Arvy et François Gallouin, Légumes d'hier et d'aujourd'hui, éd. Belin, 2007.

  • François Couplan, Le régal végétal, éd. Sang de la Terre, 2009.

  • François Couplan, Guide nutritionnel des plantes, Delachaux et Niestlé, 1998.

  • Belda Sisso, Les graines germées, Grancher, 2008.

  • Paul Fournier, Plantes médicinales t.III, Connaissance et Mémoire Européenne & Société Nationale d'Horticulture de France, 1999.

  • La Bible de Jérusalem, Cerf, 1974.

  • Article de Wikipedia sur l'amarante :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amarante_%28plante%29

  • Le Figaro.fr : Les OGM ont perdu la guerre contre les mauvaises herbes 

http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/05/25/01029-20120525ARTFIG00710-les-ogm-ont-perdu-la-guerre-contre-les-mauvaises-herbes.php

  • Agir Santé :

http://agirsante.typepad.fr/agir_sante/2011/05/mangez-de-lamarante-.html

  • Agoravox (encyclopédie en ligne québécoise) :

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/amarante-pas-marrante-pour-55291

Amaranth, uncooked

http://nutritiondata.self.com/facts/cereal-grains-and-pasta/5676/2

Amaranth leaves, raw

http://nutritiondata.self.com/facts/vegetables-and-vegetable-products/2303/2

 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 13:39

 

Une vitamine D3 approuvée par la Vegan Society

 

Comme une grande part de la population, les végétariens et végétaliens manquent souvent de vitamine D. Avec le printemps pourri que nous avons eu en 2013, beaucoup de gens sont en insuffisance de vitamine D (entre 10 et 30 ng/ml), voire en carence (moins de 10 ng/ml). Et pour reconstituer ses réserves, encore faut-il s'exposer au soleil.

IMG_2990_web.jpgJusqu'à présent, seule la vit. D2 (ergocalciférol) convenait aux végétariens et végans, mais elle doit être absorbée quotidiennement et elle est réputée moins efficace que la D3 (cholécalciférol) qui, elle, peut être stockée par le foie. Or, le laboratoire britannique Vitashine  vient de développer des capsules de vit. D3 approuvées par la Vegan Society.

 Attention, elles sont très fortement dosées (125 µG soit 5000UI), donc indiquées en cas de carence ou d'insuffisance avérée et ne conviennent pas aux enfants. Des capsules plus faiblement dosées à 1000 et 2500 UI devraient être disponibles courant juin 2013. Le prix est attractif à 20€ les 3 boites de 60 capsules, soit pour traiter toute une famille.

http://www.vitashine-d3.com/

 

Pour les apports recommandés par l'académie de médecine, voir notre article :  L'Académie de Médecine et la vitamine D


 

 

Une diététicienne branchée qui consulte par Skype ! 

 

Nous sommes nombreux à commettre des erreurs alimentaires ou à souffrir d'intolérances avec leur cortège de conséquences fâcheuses : obésité, troubles digestifs, risque cardio-vasculaire, diabète, ostéoporose... Si nous sommes végétarien ou végétalien, nous ne savons pas nécessairement où nous adresser pour trouver conseil auprès de quelqu'un de favorable à notre éthique alimentaire.

Diététicienne diplômée, Séverine Sénéchal est favorable au végétarisme. Elle exerce en libérale à Amiens, mais pratique également des consultations en vidéo par webcam à l'aide de Skype. Cela permet de la consulter de partout pour la somme raisonnable de 45€ les 45 mn. En plus, son site web est remarquablement fait.

 http://www.dieteticienne-amiens.fr/


 

 

Le livre du Dr Seignalet disponible gratuitement en PDF

 

La 5ème édition de " L'alimentation ou la 3ème médecine " du Dr Jean Seignalet, un pavé de 658 pages qui fait encore débat, est désormais disponible gratuitement sur le net en format PDF.

 http://www.lyc-gillesdegennes.ac-aix-marseille.fr/spip/IMG/pdf/L_Alimentation_ou_la_troisieme_medecine.pdf

 

 

 

Happy Cow : " le guide du manger sain "

 

Peut-être connaissez-vous déjà " La vache heureuse " ? Il s'agit d'un site américain répertoriant les restaurants végans, végétariens, compatibles avec un régime végétarien, ainsi que les magasins de produits bio d'une grande partie du monde, en France notamment : des informations très utiles pour les végétariens qui partent en voyage. Avec 25000 supporters sur Facebook, c'est une référence en matière d'alimentation saine et végétarienne.

 http://www.happycow.net/

 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 19:03

 

Dans le cadre de la journée mondiale de l'environnement qui a lieu le 5 juin 2013, Thalys propose du 4 au 7 juin une alimentation 100% végétarienne à bord de ses trains.


L'occasion d'aller faire un petit voyage à Gand - ville pionnière en matière d'alimentation végétarienne - suivie plus récemment par Bruxelles et Amsterdam.

 

 http://www.thalys.com/img/1369921070/pdf/presse/release/fr/1369921047_13_05_29__CP_Thalys_Semaine_de_la_resta.pdf

 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 22:01

 

Sorti le 27 mars 2013, « Dossier VIANDE » est un documentaire poignant sur la réalité sordide d'un aliment et sur les répercussions de la consommation de viande sur la santé, le climat, la faim dans le monde et notre relation aux animaux.

« La viande est vitale pour les bouchers, mais pas pour le reste de la population. » Prof. Claus Leitzmann, Institut des sciences nutritionnelles, Gießen (Allemagne). La consommation mondiale annuelle de viande atteint 250 millions de tonnes. L'augmentation constante de la production de viande a non seulement des conséquences dramatiques sur l'équilibre écologique de la planète, mais aussi sur notre santé.

Mais d'où vient la viande et dans quelles conditions est-elle produite ? DOSSIER VIANDE donne la parole à des médecins, des scientifiques, des experts en nutrition, un ex-boucher et lève le voile sur la terrible réalité de l'élevage et de l'abattage des animaux, ainsi que sur ses répercussions pour l'homme et la planète.

 

http://www.youtube.com/watch?v=giU5bYS9YVg

 

 

Réalisé en Allemagne, ce documentaire montre un public plus éveillé que le public français. Comme en témoigne cette récente manifestation à Berlin rassemblant 22 000 personnes contre l'élevage industriel. Quelques semaines plus tard, réunis pour les mêmes motifs, nous étions 2 000 à Paris devant le salon de l'agriculture...


J'ai noté dans ce documentaire une information intéressante : d'après une étude grecque, la consommation de viande augmenterait l'anxiété. Effectivement, la consommation de viande des français, bien qu'en légère régression, est supérieure à celle de la moyenne européenne ; et les français sont aussi les deuxièmes plus gros consommateurs d'anxiolytiques en Europe.

Cela n'est-il pas logique ? La peur de l'animal maltraité et abattu dans des conditions atroces se transfert sur celui qui en consomme la viande. Moralité, si vous voulez vous libérer de la peur, commencez par cesser de manger de la viande.

 

 

Le Dr Cazelles ajoute : " Enfin, la viande contient très peu de tryptophane, acide aminé essentiel que nous ne savons pas synthétiser. Or il est précurseur de la sérotonine, qui est le médiateur cérébral de la sérénité, du plaisir, de la joie de vivre ". Et le tryptophane est capital, car il est un acide aminé limitant, conditionnant l'absorption des autres acides aminés essentiels. Sa carence entraîne sensibilité au stress, troubles du sommeil et dépression.

Si la viande est pauvre en tryptophane, par contre on en trouve beaucoup dans la levure de bière, la spiruline, la noix, le soja, le haricot, l'amande, le sarrasin et l'amarante, autant d'aliments consommés principalement par les végétariens. Le tryptophane serait-il le secret des êtres pacifiques ?


http://www.femininbio.com/sante-bien-etre/actualites-nouveautes/vegetarien-interview-dr-cazelles-generaliste-68122


Partager cet article

Published by ISISRET - dans DOCUMENTS
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 23:28

 

Dans la longue liste de ses maîtresses, l'auteur de Milord, du Métèque  et de Ma Liberté  cite " la végétarienne, qui inspectait ma denture avant un baiser, pour être sûre qu'il n'y ait pas de trace de nourriture carnée " !

Partager cet article

Published by ISISRET - dans CITATIONS
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 11:47

 

Samedi 8 juin : 5ème édition du Vegfest place Joachim du Bellay à Paris (RER Châtelet-Les Halles) de 13h à 19h. But : faire connaître et développer le végétarisme. Nombreux stands, parmi lesquels celui de l'Association Végétarienne de France.


 

Samedi 15 juin : Marche pour la fermeture des abattoirs à Paris et Toulouse.

Rassemblement à 14h devant les anciens abattoirs de Vaugirard, à l'angle des rues de Cronstadt et des Morillons. Acheminement en car prévu depuis Lyon, Rennes et Liège/Bruxelles.

  http://fermons-les-abattoirs.org/paris

 

 

Dimanche 16 juin : pique-nique végétalien organisé par l'association Mangez Végétarien  à 12h30 au Parc des Buttes Chaumont à Paris. M° Botzaris.

  http://www.mangez-vegetarien.com/agenda.html

 

 

Mardi 18 juin : projection gratuite du film LoveMEATender de Manu Coeman. RV à 19h45 au studio des Ursulines, 10 rue des Ursulines Paris 5ème (RER Luxembourg).

 

 

Jeudi 20 juin : pique-nique végétarien organisé par l'AVF au Parc des Buttes Chaumont à Paris dans le cadre de la campagne Jeudi Veggie. RV à 19 heures.

 http://www.jeudi-veggie.fr/pique-nique-national-le-20-juin.html

 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 15:30

 

Samedi 25 mai aura lieu une journée internationale de manifestation contre Monsanto (OGM, Roundup, PCB, dioxines, hormones de croissance bovine, agent orange).

 

Pour Paris, le rendez-vous est fixé place du Trocadéro à 14 heures. À Bruxelles, le rassemblement est prévu à 16 heures place de la Bourse. En cette journée de pleine lune (Wesak), il est important de montrer notre détermination à refuser ces poisons de notre santé et de l'environnement.

 

Des manifestations analogues auront lieu en même temps à Strasbourg et à Marseille, ainsi qu'un peu partout en Europe, aux États-Unis et en Inde.  

 

Soyez nombreux à participer à ce sit-in pacifiste en montrant que vous êtes soucieux de l'avenir de la planète, des générations futures et de notre souveraineté alimentaire.

 

http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1011


Mise à jour au 26 mai 2013 

 

Cette manifestation s'est déroulée en même temps dans 247 villes de 48 pays !! À Paris, elle a rassemblé 3000 personnes (d'après les RG) dans le calme et la bonne humeur, malgré une averse et un vent frais. On a noté la présence de Marie-Monique Robin, François Villerette, d'un représentant de Gilles-Éric Séralini et du maire du 2ème arrondissement de Paris. Même une abeille était de la partie en s'attardant longuement sur une pancarte !


Ci-joint quelques photos prises avec mon téléphone portable :

 

 

Photo0029

Photo0035.jpgPhoto0036.jpgPhoto0031

Et félicitations aux organisatrices.


 

à lire aussi l'interview de Louise, l'une des organisatrices, sur le site du Grand Paris :

 http://www.parisdepeches.fr/2-Societe/128-75_Paris/8180-Rassemblement_mondial_contre_Monsanto___Le_prochain_sera_pour_mois_d_octobre__.html

 

Partager cet article

Published by ISISRET - dans NEWS
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 16:20

 

Dans la lignée du documentaire « Meat the truth » (La vérité sur la viande), le Parti des Animaux (Pays-Bas) a publié un nouveau reportage intitulé « Sea the truth » (L'océan authentique). Il est surtout question de la disparition des poissons des océans. C'est un sujet que nous n'avons pas développé jusqu'à présent, mais qui est familier des téléspectateurs de l'émission Thalassa sur France 3, où la raréfaction générale du poisson dans les zones côtières est souvent évoquée.

Les spécialistes de la biologie marine estiment en effet que, si nous continuons à pêcher au rythme actuel, les océans seront vides dans 30 ans. Il n'y restera plus aucun poisson comestible.

« La meilleure chose à faire pour régler le problème est de cesser de manger du poisson ».

 

La surpêche

Les documents d'archive sur les morutiers de Terre-Neuve, tournés vers les années 1900, nous montrent des morues d'un mètre de long. À cette époque, les stocks de poissons paraissaient inépuisables. Sur le plateau continental, le long des côtes nord-américaines et dans le golfe de Gascogne, la densité de poissons d'alors est estimée par l'Université de Colombie Britannique à 10t/km². Un siècle plus tard, il en reste moins d'un dixième. La taille moyenne des morues avoisine désormais les 40 cm et les portugais vont bientôt devoir se passer de leur plat national : la brandade de morue. Entre temps la pêche, jadis artisanale et saisonnière, est devenue industrielle toute l'année, avec des outils technologiques comme le sonar laissant peu de chances aux poissons. Si un moratoire sur la pêche à la morue a été décrété par les autorités canadiennes à Terre-Neuve en 1992, les stocks ne sont toujours pas reconstitués. La faute non aux phoques, mais à la pêche à la crevette qui se pratique dans la même zone et détruit les jeunes morues.

D'un autre côté, les autorités européennes fixent des quotas de pêche supérieurs de 48% à ce que recommandent les scientifiques. Ceci afin de satisfaire les armateurs, qui survivent grâce aux subventions.

 

Rz_ALIM058.jpg

 

Des techniques de pêche destructrices

Il y a 50 ans, j'ai été invité à monter à bord d'un thonier dans le port de Concarneau. À l'époque, la pêche au thon se pratiquait encore à l'ancienne, au moyen de 2 grandes cannes déployées de part et d'autre de petits bateaux. Sur chaque canne était fixées des lignes en acier munies d'un double hameçon recouvert de poils aux couleurs vives. Le nombre des prises était alors limité et la population de thons pouvait se renouveler. Aujourd'hui, la pêche à la palangre consiste à lâcher en mer des lignes de plus de 100 km de long munies de milliers d'hameçons qui attrapent tout sur leur passage : tortues, requins, dauphins, oiseaux marins. Après une mort lente, ces prises indésirables sont rejetées à la mer, soit 40% du total en moyenne. Pour la crevette, c'est même 90% des prises qui sont rejetées !

Il existe cependant de rares lieux préservés comme Bonaire, dans les Antilles Néerlandaises, où une zone protégée permet à la faune sous-marine de survivre sur les côtes bordées de palétuviers. C'est même le paradis des plongeurs.

 

Quant au chalutage, il racle les fonds sous-marins où vivent les jeunes poissons, créant des déserts marins. Ainsi, le fond de la Mer du Nord est devenu stérile à force de chalutages répétitifs. On y ramassera bientôt plus d'os de mammouths que de poissons plats !

 

Rz_peche_2.jpg

 

La pollution

Connue pour ses dépôts d'ambre, la Mer Baltique est particulièrement polluée, du fait de sa situation fermée et de sa faible profondeur. Ainsi, du saumon suédois pêché dans la Baltique et contaminé à la dioxine s'est retrouvé illégalement sur les étals français durant 2 ans, distribué aux rayons poissonnerie des enseignes Carrefour et Intermarché. Or, ce poisson est dangereux, particulièrement pour les enfants et les femmes enceintes qui ne devraient pas en consommer.

Parmi les polluants les plus communs dans le poisson, on trouve : la dioxine, le PCB, le mercure, ainsi que les matières plastiques et radioactives. Les espèces les plus contaminées étant les grands prédateurs vivant près des côtes : anguilles, moules, et surtout thon et espadon . Les analyses montrent que ce dernier dépasse largement la dose de mercure autorisée dans l'Union Européenne. Il devrait être interdit à la vente.

Les polluants se concentrant chez les poissons prédateurs au fil de la chaîne alimentaire, la concentration en substances toxiques dans la chair des carnassiers peut atteindre 10 millions de fois celle de leur eau d'origine.

Ainsi, l'homme étant le plus grand prédateur, il absorbe inconsciemment toutes les saletés qu'il a déversées dans la mer considérée par lui comme une poubelle.

 

La cruauté

Il est commode pour l'amateur de poisson de considérer ce dernier comme un être primitif et insensible. Cela lui permet de traiter le peuple des mers à sa guise. Pourtant, les biologistes spécialistes de la faune marine démontrent le contraire.

Ainsi, le Pr Gert Flik, directeur du département de biologie animale à l'université de Nijmegen (Pays-Bas), qui fait des recherches sur la douleur et le stress chez les poissons depuis plus de 30 ans. Il a découvert que « les poissons éprouvent non seulement la douleur et le stress, ils sont aussi capables de faire preuve de mémoire à long terme » (3 mois).

 

Le gaspillage

Si cela n'est pas toujours clairement mentionné sur l'étiquette du poissonnier, la grande majorité du poisson proposé à la vente provient d'élevages et non plus de prises sauvages. Or, ce poisson est nourri avec des farines de poisson, tout comme les porcs et les poulets. Actuellement, c'est 100 millions de tonnes par an, soit 1/3 des prises mondiales, qui sont moulues pour faire de la farine de poisson et approvisionner les élevages. Pour produire 1 kg de saumon, il faut ainsi 3 kg d'anchois.

 

En outre, le réchauffement climatique s'ajoute à la pollution pour provoquer la destruction des récifs coralliens qui hébergent une multitude d'animaux marins.

 

L'homme détruit les forêts et les océans qui produisent la totalité de l'oxygène que nous respirons. Croyons-nous que nous pourrons perpétuer notre mode de vie sans graves conséquences ? Il est urgent d'adopter un mode d'alimentation non-violent et respectueux de la nature.

Songeons aux jeunes générations !


 

Rz_51.jpgPhotos Libres

 

 

Sea The Truth – durée 1 h00 v.o. sous-titrée français

Excellent documentaire sur l'état des océans assorti de magnifiques images sous-marines.


 

 

Pour approfondir le sujet de la surpêche, nous vous recommandons l'article suivant publié le 17 juin 2013 dans www.bastamag.com

 

 

 

 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:19

 

9782352042426FSC'est le titre d'un livre paru le 5 avril 2013 aux éditions Les arènes  et rassemblant un appel de 23 experts internationaux à propos des menaces que l'élevage industriel fait courir à la planète. L'ouvrage contient également une postface de Fabrice Nicolino, auteur de "Bidoche". Mais surtout, il est vendu avec un DVD du documentaire portant le même titre : La vérité sur la viande (73 mn).


Il s'agit d'un document remarquable réalisé par Gertjan Zwanikken, en v.o. sous-titrée en français par l'Association Végétarienne de Montréal. Le reportage est présenté par Marianne Thieme, députée du Parti pour les Animaux  aux Pays-Bas, "premier parti au monde à défendre les droits des non-humains dans un parlement national".


logoenglish.jpg

Varié et captivant, ce documentaire s'articule autour d'un important rapport de la FAO (organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) paru en 2006 et reliant l'élevage au changement climatique.


Les moments forts du film :

  • L'interview du Dr Henning Steinfeld, expert auprès de la FAO et principal auteur du rapport.
  • L'entretien avec Howard Lyman, ancien éleveur américain (il a eu jusqu'à 7000 têtes de bétail) désormais repenti, devenu végétarien et militant contre l'élevage industriel.
  • Des extraits de Meatrix, film d'animation sur l'élevage industriel en Amérique. Un petit bijou !


Le succès international de ce film (produit à l'origine en néerlandais en 2007) a été tel qu'il a dû en être réalisé une version anglaise, sous-titrée en treize langues (dont le chinois et le hindi) et distribué dans quinze pays.

 

Ce documentaire met en cause le film "Une vérité qui dérange" d'Al Gore, lequel ne mentionne nullement l'impact désastreux de l'élevage sur l'environnement alors que, d'après le rapport de la FAO, 18% des émissions de gaz à effet de serre sont causées par l'élevage des animaux de ferme, contre 13% seulement pour le secteur des transports. Le film d'Al Gore focalise en effet sur le CO2, alors que le dioxyde de carbone ne représente que 1/3 des émissions de gaz à effet de serre. Une vache laitière produisant en moyenne 500 à 700 litres de méthane par jour, soit l'équivalent en CO2 d'un gros 4x4 parcourant 56 km/jour. Rejeté par les ruminants lors de leur régurgitation, le méthane est 21 fois plus polluant que le CO2 en terme de réchauffement climatique.

 

Précisons que, d'après l'agence météorologique de l'ONU (OMM), l'année 2012 a été l'une des dix années les plus chaudes jamais observées, avec une fonte record de la banquise arctique et de la calotte du Groenland. Cela constitue "un signe inquiétant du changement climatique".

 

mariannethiemegroot webMarianne Thieme est donc allée aux États-Unis à la rencontre d'Al Gore, qui était "malheureusement occupé"... Difficile pour lui d'affronter une écologiste prenant ouvertement la défense des animaux, surtout quand on apprend au passage qu'Al Gore élève lui-même du bétail !

Précisons que Marianne Thieme est une personnalité très populaire aux Pays-Bas et qu'elle a une action efficace pour faire évoluer les consciences.


Questionné sur l'avenir de la planète si nous ne changeons pas nos habitudes alimentaires, le Dr Steinfeld, expert de la FAO, répond :

" Dans ce cas, l'environnement va se détériorer de façon incommensurable.(...) Ce qu'il manque, c'est la volonté politique d'agir et de diriger le secteur du bétail vers des pratiques plus viables ". Pour les années à venir, le Dr Steinfeld prédit "un lent déclin de la consommation de viande".


Effectivement, la consommation de viande est en régression dans la plupart des pays développés. En France, Fabrice Nicolino note qu'elle a atteint un sommet en 1999 à 111 kg de viande par an et par habitant, pour retomber aujourd'hui aux alentours de 90 kg. C'est encore beaucoup trop, alors que les chinois aspirent à un meilleur niveau de vie et doublent leur population de porcs et de poulets tous les dix ans ; avec les conséquences que l'on connaît, notamment au niveau de la pollution de l'eau et des risques de pandémie de grippe aviaire.

 

Pour donner une idée de l'impact de nos habitudes alimentaires sur le climat, il faut savoir que, "si tous les américains devenaient végétariens, cela équivaudrait, en terme d'économie de gaz à effet de serre, à retirer toutes les voitures des routes américaines".

 

Commençons déjà par ne plus manger de viande le jeudi. De fil en aiguille, nous éviterons l'irréparable.

Et surtout, faisons connaître ce film, car, comme l'affirme le Dr Steinfeld, " l'énorme impact environnemental relié au bétail n'est pas bien compris par le public (...) ni par les fermiers eux-mêmes ".


 

Il est possible de visionner le film "La vérité sur la viande" en version française sans acheter le livre accompagné de son DVD (22,80 €). Il suffit pour cela d'aller sur le site www.meatthetruth.com



 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans TRIBUNE LIBRE
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 11:34

 

Par une magnifique soirée de pleine lune, je me suis retrouvé invité au lancement de la campagne Jeudi Veggie à la Mairie du IIe arrondissement de Paris. De quoi s'agit-il et pourquoi un tel lieu ? Il s'agit de « végétaliser le contenu de notre assiette » afin de préserver notre santé, les animaux et la planète. S'abstenir de viande permet en effet d'économiser l'eau, de réduire les émissions de gaz à effet de serre et un meilleur partage des ressources alimentaires. Le projet a été lancé par l'Association Végétarienne de France (AVF) en partenariat avec l'association de protection animale L214, à l'instar de ce qui se fait dans de nombreuses grandes villes à travers le monde. Sao Paulo, San Francisco, Washington, Los Angeles et Montréal ont leur lundi végétarien. En France, c'est le jeudi qui a été choisi comme à Gand (Belgique) et Brème (Allemagne). Et quoi de plus naturel que le Maire Europe Ecologie - Les Verts du IIe arrondissement de Paris pour les accueillir ! Certes, on aurait préféré que ce soit Bertrand Delanoë en personne, cela aurait eu plus d'impact médiatique, mais ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.


 

Programme de la soirée : discours du Maire et des intervenants de l'AVF et de L214, exposition et buffet végan.

 

SNV80898_web.jpg

 

Sympathique mais mal préparé, Jacques Boutault s'est un peu emmêlé les pinceaux, ce qui n'a pas gâché la bonne humeur ambiante, au contraire. Mr le Maire est déjà l'instigateur des mardi végétariens dans les cantines scolaires du IIe arrondissement, le mardi ayant été choisi car c'est la journée où il y a le plus d'inscrits à la cantine. Au passage, J. Boutault raconte l'anecdote d'une mère qui aurait préféré le choix d'un autre jour de la semaine, craignant que son fils ne manque d'énergie à la piscine après un repas végétarien à la cantine. Cela montre les préjugés considérables dont souffre l'alimentation végétarienne. Comme s'il n'y avait pas de champions sportifs végétariens et même végans ! (Voir à ce sujet notre chapitre « Pour être fort, il faut manger de la viande ! » pages 153 à 155 de notre e-book).

Questionné par une auditrice, J. Boutault avouait que les autres Maires d'arrondissement de Paris ne sont pas du tout sensibles à sa démarche visant à promouvoir une alimentation à orientation végétarienne. On imagine qu'ils considèrent plus leur position comme un tremplin politique... Et la loi votée à l'automne 2011 sur les protéines animales obligatoires dans les menus des cantines n'est pas là pour lui simplifier la tâche.

 

Ceci dit, le public parisien accueille plutôt favorablement la cuisine végétarienne. Ainsi, lors de la journée de présentation de la campagne "Jeudi Veggie" dans 17 restaurants de la ville de Paris le 4 avril 2013, 30% des clients ont choisi un plat végétarien, ce qui est considéré par l'AVF comme un succès. Il faut dire que le faible coût d'un tel plat plaide en sa faveur, surtout en période de restrictions budgétaires.

 

06-jeudi-veggie-001 web

Photo : L214 Éthique & animaux

 

 

L'exposition « En route vers une alimentation durable avec Jeudi Veggie » se tient jusqu'au 3 mai dans la salle d'exposition de la Mairie du IIe arrondissement à Paris. Sous une présentation moins attrayante, le contenu peut être consulté sur le site jeudi-veggie.fr en cliquant sur POURQUOI ? Et en choisissant les options :

  • Pour préserver notre santé
  • Pour améliorer le sort des animaux
  • Pour mieux partager les ressources
  • Pour préserver le climat
  • Pour préserver notre mileu marin
  • Pour de meilleures conditions de travail
  • Pour préserver les ressources en eau
  • Pour préserver la biodiversité

On y apprend notamment que, d'après un livre de Mélanie Joy paru en 2010, un grand nombre d'ouvriers d'abattoirs ont des problèmes avec l'alcool, seul moyen qu'ils ont trouvé pour endormir provisoirement leur sensibilité outragée.


SNV80896-001_web.jpgDétail de l'un des panneaux


 

Préparé par Ôna Maiocco avec amour, le buffet végan était l'heureuse surprise de la soirée. Une parenthèse bio et gastronomique, sans commune mesure avec les cruelles traditions culinaires françaises. Jugez-en plutôt :


Menu


Boulettes nordiques

à la pomme de terre et aux épices


Nori makis au tofu fumé et légumes de saison

Sauce de soja parfumée au gingembre

 

Salade de choux blanc et rouge à l'indonésienne

 

Salade de quinoa au zeste de citron et petits légumes

 

Tartinade de petits pois, menthe et vanille

 

Houmos à l'abricot et cumin grillé

 

Tartare d'algues fraîches fruité et anisé

 

Crème de kiwi à la verveine

 

Crème de fraise à la bergamote

 

Brownie cru choco-coco

 

Je vous engage vivement à aller sur le site de Ôna Maiocco (www.super-naturelle.com) qui conjugue satiété avec créativité et équité.

 

citron super-natÔna Maiocco


 

Une déléguée de l'AVF regrettait le manque de journalistes sensés servir de caisse de résonance à l'évènement. Annoncée, une équipe d'Arte  s'était finalement abstenue. Il y avait tout de même deux journalistes du Huffington Post  et un pigiste de l'Express. J'ai appris que Franz-Olivier Giesbert, le directeur du magazine Le Point, est végétarien. D'où sa propension à couvrir ce phénomène de société plus ouvertement que ses concurrents. Plutôt dubitative sur le sujet, Anne Sinclair laisse cependant une grande liberté rédactionnelle aux journalistes du Huffington Post, comme en témoignent ces trois excellents articles de Stanislas Kraland.


 http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/27/vegetariens-contre-bouchers-la-guerre-du-steak-aura-bien-lieu_n_3169232.html?utm_hp_ref=france-cest-la-vie&ir=France%20C%27est%20La%20Vie


http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/05/la-verite-sur-la-viande-elevage-industriel-attention-danger_n_3018870.html


http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/28/consommation-viande-pourquoi-elle-va-diminuer_n_2782640.html


Dans un autre article, le même auteur nous apprend que Leonardo DiCaprio est un végétarien très motivé par la protection animale.

 

À lire aussi sur le blog du Huffington Post  le billet posté par Élodie Vieille-Blanchard, membre de l'AVF chargée de la campagne Jeudi Veggie.

 http://www.huffingtonpost.fr/elodie-vieille-blanchard/vegetarien-jeudi-veggie_b_3163307.html?utm_hp_ref=france


 

 

Espérons que cette initiative du Jeudi Veggie fera des émules et sera suivie par un grand nombre de municipalités françaises. La France a du retard dans ce domaine, la faute à une politique trop longtemps dictée par l'industrie agroalimentaire et la FNSEA, qui arrive aujourd'hui à une impasse. Même Edgard Pisani, principal artisan de la politique agricole commune, le reconnaît au soir de sa vie.

 


Partager cet article

Published by ISISRET - dans REPORTAGES
commenter cet article

Présentation

  • : Végétari1
  • Végétari1
  • : Être végétarien, le bon choix ? Pour notre santé, pour l'environnement, pour le bien-être animal, pour notre épanouissement personnel.
  • Contact

Catégories